Le mal de Florence

N.Chabert,

Paris

 

Une femme de 52 ans est admise dans le service de dermatologie de l’hôpital universitaire d’Innsbruck pour l’exploration d’une tuméfaction de la joue droite évoluant depuis plusieurs mois. L’interrogatoire ne révèle aucun antécédent particulier traumatique, chirurgical ou médical, ni aucune prise médicamenteuse susceptible de déclencher un angio-œdème. Il n’y a aucun signe fonctionnel associé (pas de prurit, de douleur, de dyspnée, de xérostomie, de dysphagie). L’examen clinique retrouve une tuméfaction sous-cutanée molle sans anomalie cutanée en regard et centrée par un nodule palpable.

Un bilan pratiqué quelques semaines auparavant dans un autre hôpital n’avait pas mis en évidence de pathologie dentaire tandis que le scanner n’objectivait que l’augmentation de volume des tissus profond de la joue et qu’une biopsie de la muqueuse buccale ne montrait qu’une inflammation non spécifique. Un traitement par trois semaines d’antibiotiques à large spectre (amoxicilline + acide clavulanique) suivi d’une semaine de corticoïdes n’avait eu aucun effet sur la lésion.

Devant ce tableau de tuméfaction localisée rebelle les dermatologues décident d’un nouveau bilan. Celui-ci est tout aussi négatif que le précédent et permet d’écarter une pathologie congénitale, dentaire, salivaire, tumorale, allergique, infectieuse ou inflammatoire. Les examens biologiques standard sont normaux (VS, NFS, enzymes hépatiques, fonction rénale), tandis que les sérologies virales, l’examen parasitologique des selles et la recherche d’anticorps anti-nucléaires sont non contributives. L’IRM ne retrouve qu’un lymphoedème diffus centré par un processus inflammatoire.

A ce stade un nouvel examen est pratiqué qui va permettre de faire le diagnostic…et de traiter la patiente.

 

Quel est votre diagnostic ?

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article