Botte secrète

DUPIN C,

Montréal

Nous sommes aux urgences psychiatriques de l'hôpital de Mainz en Allemagne. Une patiente de 48 ans s'y présente pour des attaques de panique. Celles-ci ont débuté il y a 5 semaines et se caractérisent par des réveils nocturnes avec agitation intense, anxiété généralisée, sensations vertigineuse et sueurs profuses. Elles surviennent environ deux fois par semaine et laissent persister entre les épisodes une irritabilité, des crises de larmes et un état d'agitation modéré mais permanent. Le diagnostic d'attaques de panique a été porté par un médecin généraliste et confirmé par un psychiatre et un traitement par un anxiolytique (l'opipramol) institué sans grands résultats et ce malgré une augmentation de la posologie une semaine auparavant sur la recommandation du psychiatre.

A l'examen clinique on remarque une botte plâtrée droite posée pour immobiliser une fracture de cheville il y a 5 semaines qui a nécessité la prescription d'une thromboprophylaxie par 40 mg d'énoxaparine par jour. Le reste de l'examen est sans particularité.

A l'interrogatoire psychiatrique on retrouve un antécédent de dépression du post partum il y a 12 ans et comme facteurs de stress potentiellement favorisants, la maladie de sa mère en phase terminale et son installation récente à son compte. On note également lorsqu'on tente de détailler la symptomatologie de la dernière attaque survenue deux heures auparavant que celle-ci à été précédée par une sensation de dyspnée et par une pâleur survenue en position debout.

A ce stade des examens complémentaires sont pratiquées en urgence.

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article