Le coup du Vendredi Saint

Alexandre Haroche,Paris

L’histoire se déroule à Sydney, en Australie. Après avoir mangé des saucisses le jour du Vendredi Saint, une patiente de 62 ans, retraitée, présente une éruption au niveau de la poitrine. Inquiète, elle se rend à l’hôpital, lorsqu’un mouvement incontrôlable envoie son bras directement dans le visage de son mari… L’éruption cède rapidement sous antihistaminique mais les mouvements anormaux du bras gauche et du visage s’aggravent de jour en jour.

Une dizaine de fois par heure, la partie gauche de son visage se contorsionne, le bras gauche se fléchit au niveau du coude et du poignet, tandis que les articulations métacarpophalangiennes et les doigts se mettent en extension toujours du côté gauche, et ce durant moins d’une 1 seconde. Il n’y a pas de perte de connaissance. Par ailleurs, l’examen neurologique est strictement normal.

L’EEG ne montre pas d’anomalies en dehors d’artefacts liés aux mouvements brusques. Le bilan biologique est normal, l’IRM montre une maladie des petits vaisseaux. L’évaluation neurospsychologique met en évidence des troubles dysexécutifs modérés compatibles avec l’atteinte cérebro-vasculaire constatée.

Devant ces signes cliniques, les neurologues de l’hôpital Prince de Galles de Sydney mettent en place, 14 jours après l’apparition des symptômes,  un traitement intraveineux. Le troisième jour, les mouvements anormaux disparaissent.

Et vous, quels diagnostics auriez vous évoqué et quelles mesures auriez vous prises ?

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article