Les eczémas de contact chez l’enfant

N. RAISON-PEYRON

UF Allergologie, hôpital Saint-Éloi, CHU Montpellier

L’eczéma de contact chez l’enfant n’est pas rare(1). Sa fréquence serait même en augmentation ces dernières années(2). Comme chez l’adulte, il faut savoir l’évoquer dans plusieurs situations.

L’interrogatoire est très important : la topographie initiale de l’eczéma peut nous orienter vers une étiologie : apparition d’un eczéma des pieds après port d’une nouvelle paire de chaussures (figure 1), chéilite après application d’un stick labial, eczéma du siège après application de lingettes nettoyantes, eczéma au contact d’un bouton de jean, etc. (encadré)(3).


Quels sont les allergènes en cause ?

Un point particulier concerne la méthylisothiazolinone (MI), allergène phare de ces dernières années. Des cas d’eczéma de contact ont été rapportés à la méthylisothiazolinone présente dans des lingettes nettoyantes pour bébé mais aussi dans des crèmes hydratantes, des crèmes solaires(4,5). Présente dans des peintures aqueuses, elle peut être également à l’origine d’eczémas aéroportés chez des enfants préalablement sensibilisés à la MI par voie cutanée(6).

La chlorhexidine est un allergène auquel il faut penser chez l’enfant(7). Celle-ci est couramment utilisée pour les soins du cordon ombilical après l’accouchement, ce qui peut expliquer une augmentation de sensibilisation. Elle est l’antiseptique de référence chez l’enfant. Des réactions anaphylactiques ont aussi été rapportées(8).

La paraphénylène diamine (PPD) est responsable de l’immense majorité des cas d’eczéma de contact aux tatouages noi rs éphémères. Ils sont de moins en moins pratiqués en France où de grosses campagnes d’informations ont été menées par les autorités de santé il y a quelques années, mais certains enfants se font toujours tatouer lors de vacances à l’étranger. La confirmation par des tests épicutanés à la PPD n’est pas nécessaire lorsque le diagnostic est certain. En raison de réactions souvent explosives, bulleuses, il est recommandé de tester la PPD plus diluée ou bien de diminuer le temps de pose (par exemple 6 h), ce qui est plus facile à réaliser en cabinet de ville.

Les huiles essentielles sont à la mode et utilisées pour traiter de multiples pathologies. Nous avons observé le cas d’une petite fille allergique à de multiples huiles essentielles (huile d’arbre à thé, huile d’hélichryse) appliquées pour soigner une dyshidrose palmoplantaire.

Chez l’enfant plus grand, il faut penser aux allergènes des loisirs sportifs. Des eczémas de contact aux équipements sportifs ont été décrits : palmes, poignées de vélo… et surtout protège-tibias. Les allergènes les plus souvent en cause sont les agents de vulcanisation des caoutchoucs, en particulier les thiourées, les dérivés mercapto et les thiurams. La résine paratertiaire butylphénolformaldéhyde et les colorants sont plus rarement en cause(9). Récemment, un allergène présent dans les mousses de copolymères d’éthylène vinyle acétate de nombreux équipements sportifs a été découvert. Il s’agit de l’acétophénone azine. Celle-ci est responsable d’eczéma de contact sévère : il s’agissait d’un jeune footballeur qui a développé un eczéma de contact sur les jambes au contact de protège-tibias avec une diffusion secondaire généralisée des lésions(10).

Il faut aussi penser aux allergènes des jouets (maquillage pour enfants, consoles de jeux, etc.) et à ceux transmis par procuration (par exemple, parfum des parents, PPD de la coloration capillaire de la mère).

L’enfant atteint de dermatite atopique (DA) est autant à risque de développer un eczéma de contact allergique qu’un enfant qui n’a pas de DA(1). Il faut penser à une allergie aux topiques appliqués sur la peau devant une dermatite atopique qui ne s’améliore pas ou s’aggrave malgré un traitement bien conduit. Les émollients peuvent être en cause, le plus souvent l’eczéma est dû à un excipient : lanoline, parfum, conservateurs, antioxydants… L’allergie aux dermocorticoïdes est possible bien qu’elle soit rare. Devant une atteinte des mains et/ou des pieds, certains auteurs recommandent de faire systématiquement des tests épicutanés( 11).

Quand faire une batterie standard chez l’enfant ?

Comme chez l’adulte, la batterie standard européenne doit être effectuée quand il existe une suspicion clinique d’eczéma de contact. Chez l’enfant avec une dermatite atopique, celle-ci doit être réalisée si la DA ne s’améliore pas, voire s’aggrave malgré un traitement bien conduit ou si de nouvelles topographies d’eczéma apparaissent.


Quelle batterie standard effectuer ?

S’il est clair qu’à partir de 10 ans, la batterie standard européenne peut être faite chez l’enfant, il n’y a pas de recommandations explicites pour l’enfant plus jeune. Les concentrations d’allergènes doivent être les mêmes que chez l’adulte et les temps de lecture identiques (48 h et 72 ou 96 h). Il faut se méfier des tests irritatifs, notamment chez les atopiques (lanoline, métaux en particulier). Dans la littérature récente, les tests les plus fréquemment positifs sont les métaux, les parfums, le baume du Pérou, la colophane et les isothiazolinones(1). Des recommandations européennes viennent d’être récemment publiées mais celles-ci ne sont pas très satisfaisantes(3). En effet, seuls 9 allergènes sont proposés en batterie systématique et d’autres en fonction de l’histoire clinique. Dans ce 2e groupe, il est mentionné le bufexamac (retiré du marché en France) et la néomycine, antibiotique qui n’est plus très utilisé de nos jours. Avant 10 ans, une batterie « allégée » pourrait être proposée : nickel, chrome, cobalt, fragrance mix 1 et 2, baume du Pérou, lanoline, colophane, MI, MCI/MI, mercaptobenzothiazole et thiuram mix. En règle générale, la batterie standard européenne est insuffisante. Selon les études, seule elle ne détecte que 27 à 59 % des eczémas de contact.

Quel que soit l’âge, il faut la compléter en testant tous les produits du patient suspectés par l’examen clinique et par l’interrogatoire : produits d’hygiène et cosmétiques, topiques médicamenteux, raclures de tissus ou de chaussures… Les topiques médicamenteux et cosmétiques doivent être testés tels quels (purs) ou s’ils doivent être rincés (shampoings, gels douche, etc.), il faut les diluer entre 2 et 5 % dans l’eau. Les raclures de tissus, chaussures, équipements sportifs (mousse de protège-tibias, chaussons de planche à voile, palmes, lunettes de piscine…) doivent être de taille suffisamment grande et humectées avec un peu d’eau (figure 2). Les huiles essentielles doivent être diluées à 2 % dans la vaseline car sinon elles sont très irritantes. Des tests semi-ouverts peuvent être réalisés avec des produits potentiellement irritatifs (antiseptiques, shampoings, peintures par exemple). Ils doivent être déposés avec un coton-tige dans le dos ou sur le bras (sur 1 cm2), laissés séchés avant d’être recouverts par un pansement type micropore ; le pH doit être compris entre 3 et 11. En fait, il arrive souvent que des patch tests réalisés, par exemple, avec des crèmes pour le visage provoquent des résultats faussement négatifs. Comme chez l’adulte, il est alors intéressant de faire des tests d’applications répétées (Repeated Open Application Tests ou ROAT) au pli du coude ou sur l’avant-bras matin et soir sur une période maximale de 15 jours (à arrêter avant si une réaction allergique est observée).


En conclusion

L’allergie de contact chez l’enfant n’est pas rare et est aussi fréquente chez l’enfant ayant une DA que chez l’enfant qui en est indemne. Après 10 ans, la batterie standard européenne peut être proposée. Avant cet âge, une batterie « allégée » de l’enfant avec les allergènes les plus fréquemment retrouvés dans la littérature peut être proposée. Comme chez l’adulte, il est indispensable de faire des tests avec les produits suspects si l’on veut « rentabiliser » l’exploration allergologique.

Références

1. Belloni Fortina A et al. Contact sensitization in children : a retrospective study of 2,614 children from a single center. Pediatr Dermatol 2016 ; 33 : 399-404.

2. Simonsen AB, Deleuran M, Johansen JD et al. Contact allergy and allergic contact dermatitis in children – a review of current data. Contact Dermatitis 2011 ; 65 : 254-65.

3. De Waard van der Spek FB, Darsow U, Mortz CG et al. EAACI position paper for practical patch testing in allergic contact dermatitis in children. Ped Allergy Immunol 2015 ; 26 : 598-606.

4. Chang MW, Nakrani R. Six children with allergic contact dermatitis to methylisothiazolinone in wet wipes (baby wipes). Pediatrics 2014 ; 133 : e434-8.

5. Aerts O, Goossens A, Giordano- Labadie F. Contact allergy caused by methylisothiazolinone: the Belgian- French experience. Eur J Dermatol 2015 ; 25 : 228-33.

6. Amsler E, Raison-Peyron N, Aerts O et al. Airborne allergic contact dermatitis from isothiazolinones in water-based paints: a retrospective study of 44 cases. Contact Dermatitis 2017 (in press).

7. Le Corre Y, Barbarot S, Frot AS, Milpied B. Allergic contact dermatitis to chlorhexidine in a very young child. Pediatr Dermatol 2010 ; 27 : 485-7.

8. Lasa EM, Gonzàlez C, García-Lirio E, et al. Anaphylaxis caused by immediate hypersensitivity to topical chlorhexidine in chi ldren. Ann Al lergy Asthma Immunol 2017 ; 118 : 118-9.

9. Hill H, Jacob SE. Shin-guard dermatitis- detection and protection. Pediatr Dermatol 2016 ; 33 : 355-6.

10. Raison-Peyron N, Bergendorff O, Bourrain JL et al. Acetophenone azine: a new allergen responsible for severe contact dermatitis from shin pads. Contact Dermatitis 2016 ; 75 : 106-10.

11. Isaksson M, Olhardt S, Radehed J et al. Children with atopic dermatitis should always be patch-tested if they have hand or foot dermatitis. Acta Derm Venereol 2015 ; 95 : 583-6.

Copyright © Len médical, Dermatologie Pratique, Avril 2017

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article