Réanimation du nouveau-né en salle de naissance : utilité du masque laryngé ?

T. ABOUDIAB, A. AGLA, L. HAMZAOUI, H. BEN AMEUR, M. SONNA, S. AL HAWARI,

Service de néonatalogie et de soins intensifs, Centre hospitalier de Saint-Quentin

La première utilisation du masque laryngé par les anesthésistes dans les interventions de courte durée remonte aux années 1990. Plusieurs publications ont alors démontré son intérêt par rapport à l’intubation classique. Des pédiatres néonatalogistes ont utilisé ce masque lors de la phase précédant l’intubation, comme présenté dans l’arbre décisionnel de l’ILCOR (International Liaison Committee On Resuscitation) en matière de réanimation du nouveau-né en salle de naissance, et des articles ont été publiés à ce sujet durant ces dernières années(1-3). Nous avons conduit une étude pour tester l’efficacité du masque comparé à l’intubation trachéale dans ce contexte.

Caractéristiques du masque laryngé

Il existe sur le marché deux types de masques laryngés :

– le premier est muni d’un coussin rempli d’air à dégonfler avant son installation, puis à regonfler avec 3 ml d’air après son installation ;
– le deuxième est composé d’un gel et ne comporte pas de coussin d’air. La taille 1 est adaptée aux nouveau-nés au-delà de 34 semaines d’aménorrhée (SA) et pesant entre 2 000 et 5 000 g. Une taille adaptée aux prématurés (0,5) serait en cours d’élaboration.

En pratique

Après avoir reçu une formation par un membre de l’équipe de la réanimation néonatale du CHU de Lille, la moitié de notre équipe du centre hospitalier de Saint-Quentin, composée de 6 pédiatres, a opté pour l’utilisation du masque laryngé tandis que les 3 autres ont poursuivie le schéma classique. En ce qui nous concerne, nous avons opté pour le masque sans coussin d’air, plus rapide à installer. Les critères d’inclusion étaient les suivants :

– nouveau-nés à partir de 36 SA dont le poids est estimé entre 2 000 et 5 000 g, ayant un Apgar à la naissance entre 1 et 3 ;
– nouveau-nés avec un liquide amniotique clair ou teinté ;
– après libération des voies aériennes, la décision de poser le masque laryngé a été prise dès 30 à 60 s d’inefficacité de la ventilation au Néopuff® ;
– la qualité de la réanimation était jugée sur la biologie (pH, lactates) et la clinique (détresse respiratoire, hypotonie, pâleur) dans l’heure qui a suivie sa mise en route.

Dans un bassin de naissances d’environ 3 000 accouchements, nous avons comptabilisé 90 nouveau-nés ayant eu besoin d’une réanimation néonatale sur la période allant du 1er janvier 2014 au 30 octobre 2015. Parmi eux, 11 nouveau-nés répondant aux critères prédéfinis et n’ayant pas répondu à la ventilation au Néopuff®ont été recensés : cinq ont bénéficié de la mise en place d’un masque laryngé (groupe 1) et six ont eu une réanimation classique ayant conduit à une intubation trachéale de courte durée (groupe 2). La ventilation au masque facial a été débutée à l’air dans les deux groupes, suivi d’un enrichissement en oxygène en fonction de la complexité de la réanimation. L’étude peut être considérée comme randomisée puisque le schéma pratiqué était aléatoire et dépendait du pédiatre qui assurait la garde au moment de la prise en charge du nouveau-né.

Tous les nouveau-nés du 1er groupe ont vite récupéré et sont restés auprès de leurs mères, tandis que deux des 6 nouveau-nés du groupe 2 ont dû être hospitalisés en néonatologie pendant 48 heures en raison d’une mauvaise adaptation à la vie extra-utérine avec pâleur, hypotonie transitoire, pH < 7,20 et lactates respectivement à 9, puis 11 mmol/l. Aucun effet indésirable lié au masque laryngé n’a été signalé chez les nouveau-nés du premier groupe.

Conclusion

Bien qu’il puisse s’agir d’une petite série, nous concluons que l’utilisation du masque laryngé dans les 30 à 60 s après une ventilation inefficace au Néopuff® améliore la prise en charge de la réanimation du nouveau-né en salle de naissance et est une alternative à l’intubation trachéale. Ceci passe par une formation des
sages femmes et des puéricultrices pour les familiariser à sa mise en place en attendant l’arrivée du pédiatre, en particulier dans les maternités où le système d’astreinte à domicile est encore pratiqué. n

Pour en savoir plus

• Mora EU, Weiner GM. Alternative ventilation strategies: laryngeal masks. Clin Perinatol 2006 ; 33(1) : 99-110, vii.
• Kattwinkel J et al. Part 15: neonatal resuscitation: 2010 American Heart Association Guidelines for Cardiopulmonary Resuscitation and Emergency Cardiovascular Care. Circulation 2010 ; 122(18 Suppl 3) : S909-19.
• Richmond S, Wyllie J. European Resuscitation Council Guidelines for Resus- citation 2010 Section 7. Resuscitation of babies at birth. Resuscitation 2010 ; 81(10) : 1389-99.

Copyright © Len medical, Pediatrie pratique, novembre 2016

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article