Constipation du jeune nourrisson

O. MOUTERDE

Le diagnostic de constipation est clinique et ne se limite pas au nombre de selles.

Un nouveau-né ou nourrisson constipé présentant un retard d’élimination du méconium, des subocclusions, des débâcles, un retard de croissance, une anomalie du dos ou de l’anus est suspect de constipation organique et doit être exploré.

Un interrogatoire et un examen clinique complets permettent de diagnostiquer ou de suspecter les situations de constipation secondaire (médicaments, hypothyroïdie, etc.).

Les constipations fonctionnelles sont au nombre de trois :

 – la constipation au lait maternel, isolée chez un enfant sans anomalie clinique, avec des intervalles pouvant atteindre 1 mois entre les selles (variante de la normale) ;

 – la dyschésie est un comportement qui correspond à la maturation de la fonction de défécation ;

– la tendance à la constipation, avec facteur familial fréquent, début précoce sans signes d’organicité, peut se traiter par mesures diététiques et laxatifs pour éviter l’aggravation avec le temps.

Un lait riche en lactose, à base de protéines solubles et de lipides structurés, contenant de la caroube, peut améliorer le transit. Un hydrolysat poussé peut être tenté en cas de suspicion d’APLV.

Le lactulose est utilisable dès la naissance, le polyéthylène glycol (PEG) après 6 mois (selon AMM). Les autres traitements, y compris les eaux fortement minéralisées, et les manoeuvres endo-anales ne peuvent pas être recommandés chez le nourrisson

.

Copyright © Len médical, Pédiatrie Pratique, Novembre 2014

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article