Acné du nouveau-né et du nourrisson

P. PLANTIN
Hôpital Laënnec, Quimper

L’acné néonatale et du petit enfant sont des entités reconnues et distinctes de la même maladie qui peut s’exprimer dans les premières années de vie en dehors de toute anomalie endocrinienne tumorale ou liée à une avance pubertaire.

On individualise habituellement deux formes d’acnés néonatales : l’acné néonatale qui concerne l’enfant dans les premiers mois de vie et l’acné infantile touchant le petit enfant au-delà de quelques mois de vie. La distinction sémiologique et chronologique entre l’une et l’autre est probablement artificielle, mais la présentation clinique de ces acnés diffère par la sévérité plus marquée des formes tardives.

Physiopathogénie des acnés du petit enfant

Dans de rares observations, un hyperandrogénisme maternel (syndrome des ovaires polykystiques (1)) a été signalé au cours de l’acné néonatorum. Dans la plupart des cas publiés, les statuts hormonaux des parents et des enfants sont normaux. Ces acnés pourraient être liées à l’activité androgénique physiologique de la zone réticulée surrénalienne qui est très développée chez l’enfant jusqu’à 1 an, mais aussi au rôle de la stimulation hypophysaire, secondaire au sevrage en hormones maternelles, pouvant induire une sécrétion d’androgènes surrénaliens et gonadiques. La prédominance masculine pourrait s’expliquer par le rôle aggravant des androgènes testiculaires(2). Les données concernant le rôle prédictif de l’acné néonatale sur la survenue ultérieure d’une acné juvénile ne sont pas claires : certaines études semblent accréditer la fréquence plus grande d’acné pubertaire après acné néonatale, mais il s’agit souvent d’études portant sur de faibles effectifs(3) .

Acné néonatale

Elle concerne le nouveau-né dans les premiers mois de vie et elle est caractérisée par l’existence de lésions pustuleuses et de comédons fermés (microkystes) siégeant sur le visage (front, joues et menton) (figures 1 et 2). Mais on observe peu de comédons ouverts. La fréquence de cette forme d’acné néonatale est probablement rare si l’on ne prend en compte que les formes diffuses(4). Ce type d’acné peut être favorisé par certains topiques gras comme le liniment oléo-calcaire utilisé comme nettoyant doux sur le visage des enfants(5). On peut évoquer chez ces enfants d’autres diagnostics comme une miliaire sudorale, mais il s’agit alors d’une éruption vésiculeuse faciale très transitoire ou un érythème toxique dont le caractère fugace est très marqué. Les liens entre acné néonatale et pustulose céphalique transitoire (PCT) (figure 3) du nouveau-né sont plus complexes : la PCT telle que décrite par Aractingi et coll. en 1991(6) touche le nouveau-né entre 3 et 6 semaines de vie et se manifeste par une pustulose parfois profuse du visage, du cuir chevelu et de la nuque, qui guérit spontanément ou avec l’aide d’un traitement topique imidazolé ou cortisoné. Des travaux récents(7) semblent montrer que la pustulose néonatale transitoire est fortement liée à la présence sur la peau de Malassezia furfur et plus particulièrement de Malassezia sympodialis. L’aspect observé ne diffère guère de l’acné néonatale et il est probable que beaucoup d’éruptions pustuleuses faciales dans les premières semaines de vie correspondent à cette entité et non à l’acné néonatorum qui est probablement rare (22 cas répertoriés sur 3 ans dans un service de dermatologie universitaire(8)). Les grains de milium observés fréquemment en période néonatale sont considérés comme un équivalent mineur d’acné néonatale, mais ils peuvent aussi témoigner d’une génodermatose comme le syndrome de Bazex, Dupré et Christol. Les possibilités thérapeutiques sont réduites au cours de l’acné néonatorum et la nécessité de traiter est contestable car l’évolution de l’acné néonatorum est le plus souvent favorable, le recours au peroxyde de benzoyle ou aux dérivés de la vitamine acide dilués dans un excipient non alcoolique est parfois proposé, mais l’intérêt réel de ces traitements souvent irritants est discutable dans une pathologie d’évolution bénigne.

Acné infantile (figure 3)

Bien que la distinction entre acné néonatorum et acné infantum soit assez ténue, il convient, sans doute, d’individualiser cette forme rare d’acné observée dans les premières années de vie(9) . L’âge moyen de survenue était de 9 mois, l’atteinte des joues la plus fréquente et les lésions observées étaient le plus souvent inflammatoires, moins souvent comédoniennes et rarement nodulo-kystiques(9) (figure 4).

Aucun de ces enfants n’avaient de signe d’hyperandrogénie ou n’avaient reçu de traitement favorisant l’apparition d’une acné iatrogène. Lorsque les lésions étaient peu importantes, le recours aux dérivés topiques de la vitamine A, au peroxyde de benzoyl ou à l’érythromycine topique était suffisant. Les 18 enfants qui avaient une forme modérée ont été traités par érythromycine (125 mg x 2/j) ou par cotrimoxazol en cas de résistance à l’érythromycine. L’utilisation des cyclines étant interdite à cet âge (risque de coloration dentaire définitive). Quatre enfants n’ayant pas répondu au traitement antibiotique ont été traités par isotrétinoïne à la dose de 0,5 mg/kg. La durée du traitement (quel qu’il soit) était variable, allant de quelques mois à plusieurs années. La survenue de cicatrices définitives a été notée chez 5 enfants. Cette forme d’acné prépubère est donc plus sévère et d’évolution sou vent plus prolongée que l’acné néonatale. L’acné infantum prête peu à discuter d’autres diagnostics : les halogénides sont exceptionnelles à cet âge, le tableau de pyodermite froide faciale correspond souvent à une lésion unique peu inflammatoire d’évolution torpide siègeant le plus souvent sur la joue et involuant en quelques mois(10). Exceptionnellement, dans l’enfance, des lésions acnéiformes peuvent être observées, dans un contexte d’hyperandrogénie, qu’elles soient en rapport avec un syndrome des ovaires polymicrokystiques, un syndrome de Cushing ou une tumeur virilisante. L’acné est alors associée à d’autres signes comme un hirsutisme, une alopécie, des troubles menstruels ou des signes de virilisation : hirsutisme, raucité de la voix, hypertrophie clitoridienne et/ou musculaire chez la fille(11). Chez le garçon, l’hyperandrogénie se traduit avant tout par une puberté précoce.

Conclusion

L’acné, dans la période néonatale, pose peu de problèmes diagnostiques et ne doit pas conduire à des bilans inutiles. Son traitement est, lui, plus délicat, l’abstention se justifie bien souvent et le recours à des traitements topiques ou systé- miques, à l’instar de ce qui se fait chez l’adolescent ou chez l’adulte, est parfois nécessaire dans les formes tardives.

Références

1. Bekaert C, Song M, Delvigne A. Acne neonatorum and familial hyperandrogenism. Dermatology 1998 ; 196 : 453-4.
2. Jansen T, Burgdorf WHC, Plewig G. Pathogenesis and treatment of acne in childhood. Pediatr Dermatol 1997 ; 14 : 17-21.
3. Woi Chew E, Bingham A, Burrows D. Incidence of acne vulgaris in patients with infantile acne. Clin Exp Dermatol 1990 ; 15 : 376-7.
4. Bonifazi E. Pustular eruptions in the neonate. Eur J Pediatr Dermatol 1997 ; 7 : 305-20.
5. Korsaga-Soné N, Maruani A, Nadal M, Dannepond C, Le Bidre E. Acné et folliculites du nourrisson liées à un mésusage du liniment oleo-calcaire. Ann Dermatol Venereol 2015 ; 142(10) : 577-8.
6. Aractingi S, Cadranel S, Reygagne P, Wallach D. Pustulose néonatale induite par Malassezia furfur. Ann Dermatol Venereol 1991 ; 118 : 856-8.
7. Bernier V, Weill FX, Hirigoyen V, Elleua C, Feyler A, Labreze C et al. Skin colonization by Malassezia Species in neonates. A prospective study and relationship with neonatal cephalic pustulosis. Arch Dermatol 2002 ; 138 : 215-8.
8. Katsambas AA, Katoulis AC, Stravopoulos P. Acne neonatorum: a study of 22 cases. Int J Dermatol 1999 ; 38 : 128-30.
9. Cunliffe W, Baron S, Coulson I. A clinical and therapeutic study of 29 patients with infantile acne. Br J Dermatol 2001 ; 145 : 463-6.
10. Boralevi F, Léauté-Labrèze C, Lepreux S, Barbarot S, Mazereueuw-Hautier J, Eschard C et al. Idiopathic facial aseptic granuloma: a multicentre prospective study of 30 cases. Br J Dermatol 2007 ; 156 : 705-8.
11. Richard C, Jonard S, Dewailly D. Hyperandrogénie chez l’adolescente. EMC (Elsevier SAS, Paris), Gynécologie, 802-A-36, 2006.

Copyright © Len medical, Dermatologie pratique, septembre 2017

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article