Rôle de la signalisation des nutriments dans la pathogenèse de l’acné

E. BOUVET,

Hôpital St-Jacques, Besançon

Alimentation à indice glycémique élevé et acné

L’acné est considérée comme une maladie de la civilisation occidentale, dont l’alimentation est à indice glycémique élevé. Le lait doit être considéré comme un système de signalisation endocrine spécifique des mammifères, qui active la kinase mTORC1 (mammalian target of rapamycin complex 1), qui a un rôle important dans le métabolisme cellulaire de stimulation de la croissance et de la prolifération des cellules(1). La consommation de lait et de produits laitiers favorise l’apparition ou l’aggravation de l’acné. En effet, la signalisation des protéines du lait potentialise la signalisation des glucides hyperglycémiques, ce qui va activer la voie de transduction du signal insuline/IGF1 (insulin like growth factor). Ce signal va quant à lui activer la signalisation mTORC1, qui a un rôle central dans le métabolisme cellulaire de stimulation de la croissance et de la prolifération cellulaire. Cette croissance est semblable à celle induite par la puberté, période où il y a une importante signalisation insuline/IGF1 ; les modifications endocriniennes dues à la signalisation des protéines du lait sont donc comparables à l’endocrinologie de la puberté(1). La consommation de lait ou de produits laitiers va donc induire une hyperinsulinémie, une résistance à l’insuline et une augmentation du niveau d’IGF1 sérique(2).

Relation entre les androgènes, FOXO1, mTORC1 et SREBP1

La voie de signalisation insuline/ IGF1, par l’activation de la phosphoinositol 3 kinase (PI3K) et la kinase Akt, contrôle la localisation nucléaire du facteur sensible aux nutriments FOXO1, qui régule l’activité transcriptionnelle du récepteur des androgènes (AR)(3-5). Une augmentation de la signalisation insuline/IGF1 due à une importante consommation de lait ou de produits laitiers peut donner lieu à une extension nucléaire de FOXO1, médiée par Akt, et une activation de l’expression du gène médié par AR. La signalisation d’AR augmente l’expression du transporteur des L-acides aminés (LAT3), ce qui augmente les niveaux de leucine intracellulaire(6,7). La leucine va suractiver mTORC1, qui va elle-même activer SREPB1, responsable de la croissance sébocytaire, la prolifération et la lipogenèse sébacée.

De plus, mTORC1 active la kinase S6K1, ce qui induit une résistance à l’insuline dans les tissus adipeux, foie, muscles squelettiques, par inhibition de la signalisation de l’insuline par phosphorylation du substrat du récepteur de l’insuline (IRS1)(8).

Relation entre les androgènes, FOX01, mTORC1 et SREBP1.

Alimentation à faible indice glycémique et acné

Des études ont montré que les personnes ayant une alimentation à faible indice glycémique, comme le régime paléolithique, excluant les sucres raffinés, céréales, lait et produits laitiers, n’ont pas d’acné. Des études randomisées ont fourni la preuve des effets thérapeutiques bénéfiques des régimes à faible indice glycémique sur l’évolution clinique et l’intensité de l’acné(9). En effet, chez des sujets suivant un régime de ce type, nous pouvons observer une diminution du nombre de lésions inflammatoires et non inflammatoires dues à l’acné, une diminution de la taille des glandes sébacées, de l’expression d’Il-8 pro-inflammatoire et de SREBP1, facteur de transcription nécessaire à la biosynthèse des lipides(10). Nous expliquons ce fait car la restriction en glucides hyperglycémiques diminue la signalisation insuline/IGF1, ce qui atténue l’activité de mTORC1. Ce phénomène peut supprimer l’expression et l’activité de SREBP1. Il n’y aura donc pas d’augmentation de production de sébum, et donc d’acné.

Conclusion

L’acné est un indicateur clinique précoce d’une hyperactivité de la signalisation mTORC1. Cette hyperactivité est retrouvée dans d’autres maladies occidentales plus graves, comme l’obésité, le diabète de type 2 ou le cancer de la prostate. Le suivi alimentaire des patients acnéiques dès le début de leur adolescence va donc aider à soigner cette acné, mais peut aussi permettre d’éviter l’apparition de maladies plus tardives et plus graves dues à l’alimentation occidentale, à indice glycémique élevé.

Références

1. Inoki K, Ouyang H, Li Y, Guan KL. Signalling by target of rapamycin proteins in cell growth control. Microbiol Mol Biol Rev 2005 ; 69 : 79-100.
2. Hoppe C, Molgaard C, Vaag A, Barkholt V, Michaelsen KF. High intakes of milk, but not meat, increase s-insulin and insulin resistance in 8-years-old boys. Eur J Clin Nutr 2005 ; 59 : 393-8.
3. Melnik BC. The role of transcription factor FOXO1 in the action. G Ital Dermatol Venereol 2010 ; 145 : 559-71.
4. Fan W, Yanase T, Morinaga H et al. Insulin-like growth factor1/insulin signaling activates androgen signaling through direct interactions of FOXO1 with androgen receptor. J Biol Chem 2007 ; 282 : 7329-38.
5. Ma Q, Fu W, Li P et al. FOXO1 mediates PTEN suppression of androgen receptor N and C-terminal interactions and coactivator recruitment. Mol Endocrinol 2009 ; 23 : 213-25.
6. Wang Q, Bailey CG, Ng C et al. Androgen receptor and nutrient signaling pathways coordinate the demand for increased amino acid transport during prostate cancer progression. Cancer Res 2011 ; 71 : 7525-36.
7. Kim J, Guan KL. Amino acid signaling in TOR activation. Annu Rev Biochem 2011; 80 : 1001-32.
8. Boura-Halfon S, Zick Y. Phosphorylation of IRS proteins, insulin action, and insulin resistance. Am J Physiol Endocrinol Metab 2009 ; 296 : E581-E591.
9. Smith RN, Mann NJ, Braue A, Makelainen H, Varigos GA. The effect of highprotein, low glycaemic-load diet versus a conventional, high glycaemic-load diet on biochemical parameters associated with acne vulgaris: a randomized, investigator-masked, controlled trial. J Am Acad Dermatol 2007 ; 57 : 247-56.
10. Kwon HH et al. The clinical and histological effect of low glycemic load diet in the treatment of acne vulgaris in Korean patients: a randomized, controlled trial. Acta Derm Venereol 2012 ; 92 : 241-6.

Copyright © Len medical, Dermatologie pratique, juin 2014

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article