Décès maternels liés à la covid-19 : les comorbidités doublent le risque

La Verde et ses collaborateurs1 considèrent qu'en plus d'avoir diminué la qualité des soins obstétricaux, l'impact direct de la COVID-19 sur la grossesse et le post-partum est encore très incertain.

Notons qu'une revue de la littérature publiée en 20202 avait conclu sur une population de 385 femmes enceintes que l'infection par le SARS-CoV-2 était asymptomatique dans 95 % des cas et qu'une admission en soins intensifs n'était nécessaire que dans 0,8 % des cas.

L'équipe napolitaine de cette étude1 s'est focalisée sur les décès maternels liés à la COVID-19 et ont mené une méta-analyse explorant les bases de données classiques (Cochrane Library, Ovid Embase, MEDLINE, Scopus et Google Scholar) publiées jusqu'en février 2021.

Pour être sélectionnées, les études devaient comparer les caractéristiques cliniques des femmes enceintes atteintes de la COVID-19, selon l'issue maternelle : décès ou survie.

Les principaux résultats étaient l'existence d'une comorbidité, l'admission en unité de soins intensifs et le besoin d'une assistance respiratoire.

L'obésité est le facteur péjoratif principal

13 publications ont été retenues, correspondant à 154 décès maternels. 2 études seulement, l'une brésilienne recensant 124 décès, l'autre mexicaine, ont été prises en compte pour la méta-analyse, les autres travaux ne concernant que des études de cas isolés.

Lors de l'admission, l'âge médian des patientes décédées secondairement était de 29 ans, et l'âge gestationnel compris entre 27 et 38 SA (moyenne de 32 SA).

Les symptômes de l'infection due à la COVID-19 étaient essentiellement la fièvre et la dyspnée. Le scanner pulmonaire était toujours positif avec présence d'images en verre dépoli. La plupart des décès maternels sont survenus en post-partum (83 %).

L'obésité double le risque de décès (RR = 2,48 ; IC 95 % : 1,41 – 4,36 ; I2 = 0 %). En revanche, aucune différence significative n'existe concernant le diabète gestationnel ou l'asthme. L'existence d'au moins une comorbidité sévère (obésité, apnée du sommeil, asthme, insuffisance rénale, hépatite, pathologie cardio-vasculaire, HELLP syndrome, hypothyroïdie, prééclampsie, grossesse gémellaire) double le risque de décès (RR = 2,26 ; IC 95 % : 1,77 – 2,89 ; I2 = 76 %). En cas d'admission en soins intensifs, le risque de décès est multiplié par 5 (RR = 5,09 ; IC 95 % : 2,00 – 12,98 ; I2 = 56 %). Par contre, le recours à une assistance respiratoire n'est pas statistiquement significatif.

La présente étude souffre du nombre limité de travaux présentant des séries de cas permettant une analyse quantitative et d'une certaine hétérogénéité méthodologique des publications de cas isolés.

Nul doute que d'autres publications viendront affiner à l'avenir l'analyse des décès maternels liés à la COVID-19.

Dr Charles Vangeenderhuysen

Références
1. M LA VERDE et coll. Maternal death related to COVID-19: A systematic review and meta-analysis focused on maternal co-morbidities and clinical characteristics. Int J Gynaecol Obstet. 2021;154(2):212-219. DOI: 10.1002/ijgo.13726
2. F ELSHAFEEY et coll. A systematic scoping review of COVID-19 during pregnancy and chlildbirth. Int J Gynaecol Obstet. 2020;150(1):47-52

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article