« Et si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur… »

Stockholm, le samedi 3 mars 2018 - Estimant robustes des études antérieures qui auraient établi un lien entre dégoût de certaines images et orientation politique, les auteurs d’un article paru dans la revue Royal Society Open Science ont émis l’hypothèse que la répulsion pour les odeurs corporelles pourrait être associée à l'autoritarisme et aux idées de droite ! « La chimio-signalisation » étant « un système primitif pour réguler le contact interpersonnel et l'évitement des maladies, caractéristiques essentielles de l'autoritarisme » est-il aussi expliqué dans l’abstract de cette publication.

Pour étayer sa théorie, ce laboratoire de psychologie suédois a soumis à des questionnaires en ligne un échantillon de 160 personnes. Le premier interrogeait leur conception sociale, fiscale et morale, le deuxième recueillait leur avis sur des citations de candidats aux élections présidentielles américaines et le dernier, évaluait leur degré d’aversion envers différentes odeurs humaines.

Estimant avoir « utilisé des échelles bien validées » l’équipe a conclu que leur intuition était la bonne et que la répugnance pour les fragrances de sueurs, d’urines, de selles (etc.) est corrélée à l’inclinaison pour l'autoritarisme...et au soutien à Donald Trump !

Au total ils considèrent leur résultat comme une preuve supplémentaire que les « attitudes sociales » sont enracinées dans des fonctions sensorielles primitives…

Entre autres biais, notons que le panel considéré est issu d’un fichier de personnes ayant l’habitude de répondre à des enquêtes par courriel contre rémunération et qu’ils ont perçu 0,50 dollar pour participer à cette enquête…

Une recherche qui sent bon le prochain IG Nobel !

F.H.

Référence
Tullio Liuzza M et coll. : Body odour disgust sensitivity predicts authoritarian attitudes. R. Soc. open sci. 2018 5 171091; DOI: 10.1098/rsos.171091. Published 28 February 2018

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article