A bon entendeur…

Las Vegas, le samedi 13 janvier 2018 - Le Consumer Electronic Show de Las Vegas, ou CES est devenu le plus grand salon où sont présentées les innovations techniques destinées au grand public. C’est chaque année l’occasion de découvrir les milles et un gadget qui vont faire irruption dans notre quotidien dans les mois et années qui viennent. Le domaine de la santé ne déroge pas à cette règle dans le champ florissant de la « e-santé ».  

Immersive Therapy, une start-up française, présente au CES 2018 (du 9 au 12 janvier) un "serious game" appelé Diapason, sorte de jeu thérapeutique destiné au traitement des acouphènes. Le matériel nécessaire est simple, et il vous suffit d’un smartphone, d’une paire d’écouteurs… et de débourser la somme de 50 euros par mois durant 3 à 4 mois sur l’application. La partie "diagnostique" (comportant une acouphénométrie et une audiométrie) est cependant gratuite.

La majorité de la population a déjà ressenti des acouphènes, et environ 70 % des sujets en entendent lorsqu’ils sont plongés dans une ambiance sonore très atténuée. Dans une étude allemande, on a estimé qu’1 % de la population considère leurs acouphènes comme handicapants.

Rendre accessible les traitements existant

Ces dernières années, le traitement des acouphènes a connu des avancées, essentiellement basées sur les thérapies cognitives et comportementales et la Tinnitus Retraining Therapy, dont l’objectif est de favoriser les processus naturels d’habituation (reposant sur la plasticité cérébrale). Ces traitements sont cependant encore peu connus. Les acouphènes sont souvent négligés, et considérés comme inaccessible à un traitement efficace.

L’ambition d’Immersive Therapy est donc de rendre disponible ces nouvelles approches thérapeutiques à un marché qui semble inépuisable.

L’application a été développée par deux ingénieurs de l’antenne rennaise de l’école Centrale Supélec : un professeur, Renaud Seguier, et un élève Lilian Deleveau, en coordination avec Le Pr Catherine De Waele, de la Pitié Salpêtrière, spécialisée en oto-neurologie.

Que vont en penser les ORL ?

L’approche est innovante, résolument tournée vers le patient, avec un petit côté Do It Yourself  qui devrait plaire à beaucoup "d’usager". Mais si, comme l’affirme Renaud Seguier dans L’Usine Digitale, les entrepreneurs ne veulent pas « court-circuiter les ORL, mais donner aux patients des outils pour prendre en main leur pathologie », on ne sait pas comment les professionnels vont recevoir cette nouvelle application : comme un allié ou un concurrent néfaste pour les patients ? Ils pourraient en effet regretter que soit présentée comme équivalente à une "véritable" audiométrie la réalisation de cet examen avec de simples écouteurs, ou encore que le diagnostic d’acouphène soit fait sans la recherche d'étiologies (comme par exemple un souffle vasculaire). 

Une version beta peut déjà être téléchargée pour les téléphones Android. En plusieurs étapes simples, l’application propose d’abord une évaluation du trouble. Le principe général du traitement est l’envoi de signaux sonores pour réadapter l’appareil auditif, le tout accompagné d’une éducation structurée sur la pathologie : « l'objectif est d'envoyer le bon signal sonore pour rendre l'acouphène supportable. Et dans certains cas, sans qu'on sache encore expliquer pourquoi, on guérit cet acouphène en comblant le trou de fréquence observé » explique Renaud Seguier pour Ouest France.

En pratique, il s’agit de petits jeux (du genre tetris, labyrinthe, puzzle) de 10 à 15 minutes à pratiquer 1 à 2 fois par jour. Dans les suites du CES, une campagne de crowdfunding devrait être lancée par Immersive Therapy.

Dr William Hayward

Référence
https://www.diapason-app.com/

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article