A la recherche du modèle caché

Toulouse, le samedi 30 septembre 2023 – Un urologue a été débarqué de la clinique Ambroise Paré de Toulouse. Son tort : avoir écrit un roman scabreux mettant en scène le directeur de l’établissement.

C’est une affaire qui mêle tout à la fois Marcel Proust, Louis-Ferdinand Céline, de l’urologie et du droit du travail. Celle d’un médecin renvoyé de la clinique Ambroise Paré dans laquelle il exerce depuis 18 ans non pour une erreur médicale ou une faute professionnelle, mais pour un simple roman jugé trop scabreux.

Le personnage au centre de l’affaire est le Dr Denis Dupuy, urologue réputé de Toulouse, qui a reçu le 17 avril dernier une lettre émanant de la direction de la clinique Ambroise Paré dans laquelle il exerce et l’informant de la rupture de son contrat d’exercice libéral et de son obligation de quitter les lieux d’ici avril 2024. Le Dr Dupuy est en lui-même un personnage de roman. Il n’hésite pas en effet à se présenter comme « médecin des pauvres et des immigrés », simplement car il s’est toujours refusé à pratiquer des dépassements d’honoraires.

Inspiré par Proust et Céline

Mais l’autre particularité notable du Dr Dupuy est qu’il est également romancier à ses heures perdues. L’ouvrage au cœur de l’affaire est ainsi son quatrième roman publié. Un roman intitulé « Bagatelles ou combien j’emm…mes contemporains » et dont la couverture présente une photographie de Louis-Ferdinand Céline, personnage extrêmement controversé (c’est le moins que l’on puisse dire) qui présentait également la triple casquette de médecin d’écrivain et de collaborateur. Dès la couverture, le ton du livre est donc donné.

Si comme le veut la formule consacrée, « toute ressemblance avec des faits et des personnages existants ou ayant existé serait purement fortuite », difficile de ne pas trouver des similitudes entre le Dr Dupuy et son personnage principal, le Dr Trente Trois, chirurgien dans une clinique de province. L’ouvrage est le prétexte pour le Dr Dupuy de critiquer certains aspects de la société contemporaine (théorie du genre, écologie, wokisme…). Mais une scène en particulier a retenu l’attention des lecteurs. Inspiré de « Sodome et Gomorrhe », l’un des volumes d’ « A la recherche du temps perdu », le Dr Dupuy y décrit comment son personnage surprend le directeur de la clinique en plein ébats sexuels avec un syndicaliste.

Une scène érotique qui n’aurait pas plu au véritable directeur de la clinique Ambroise Paré, Frédéric Pecqueux. La lettre de rupture du contrat d’exercice libéral adressé au Dr Dupuy fait ainsi directement référence à l’ouvrage du Dr Dupuy et à sa retranscription en format audio, publié par ce dernier sur sa page Youtube. L’urologue est ainsi accusé d’avoir « jeté l’opprobre et le discrédit sur l’établissement au sein duquel il exerce » et d’avoir tenu des « propos outrageants » à l’égard du directeur de la clinique, à travers son livre mais également d’autres vidéos publiés sur Internet.

« Pas une affaire personnelle » assure le directeur

« C’est grotesque, tout est fictif, rien n’est réel, aucun personnage ne correspond à la réalité, je l’ai dit. Ce n’est pas ma faute si le directeur se reconnait dans ce personnage qui, je le redis, est fictif. Je dépeins une clinique caricaturale, corrompue, des dirigeants et des médecins frappadingues, bref, une farce et…il reconnait sa personne et sa clinique » se défend, un brin provocateur, le Dr Dupuy, qui assure qu’aucune faute professionnelle sérieuse ne lui a été reprochée par ailleurs.

De son côté, Frédéric Pecqueux, directeur de la clinique, explique que « le roman n’est pas l’élément déclencheur » de l’éviction du Dr Dupuy, qu’il y a « un contexte général » autour de cette affaire (sans plus de précision) et qu’il « n’en fait pas une affaire personnelle ». L’avocate du Dr Dupuy, Maître Denis Benayoun, estime également que ce roman « n’est qu’un prétexte » et que l’éviction de son client est avant tout motivé par des raisons économiques.

Une procédure de conciliation organisé en juillet dernier par le conseil de l’Ordre de Haute-Garonne entre le Dr Dupuy et Frédéric Pecqueux a échoué. La clinique Ambroise Paré évoque de possible procédures civiles ou pénales contre le Dr Dupuy tandis que ce dernier entend contester la révocation de son contrat. Ce scandale médico-scripturo-sexuel devrait donc se résoudre devant les tribunaux. En attendant, le Dr Dupuy devrait prochainement quitter la clinique Ambroise Paré pour une autre clinique toulousaine, où il ne pourra pas poursuivre ses activités en cancérologie. « Devrais-je dire aux patients que je ne peux pas retirer leur cancer car un directeur s’est reconnu dans une scène de Proust ? » se demande cet urologue décidemment pas comme les autres.

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article