C’est plus dur que de porter un masque, mais plus facile que de comprendre pourquoi : quel geste essentiel peut-on faire aujourd’hui ?

Paris, le samedi 19 septembre 2020 – Voilà des gens qui savent parler aux rédacteurs et journalistes. « Passer à côté d’un scoop, se faire lâcher par sa source, ne pas pouvoir terminer un article à cause d’un attaché de presse qui vous relance sans cesse… le métier de journaliste a son lot de souci au quotidien », commence le communiqué. Après avoir reçu un énième coup de téléphone invitant à retrouver un mail perdu dans une foule de messages qui demeureront sans lecture, on ne peut que sourire face à une telle entrée en matière.

Des jeunes et des hommes

La boutade est destinée à rappeler que « Comparé aux petits tracas et craintes que l’on peut tous vivre chaque jour, finalement donner sa moelle osseuse n’est pas aussi difficile qu’on l’imagine et surtout ça peut sauver des vies ». Ainsi, à l’occasion de la sixième journée mondiale pour le don de moelle osseuse, ce samedi 19 septembre, l’Agence de biomédecine veut dédramatiser cette pratique. « Dans 75 % des cas, le don se fait par prélèvement dans le sang et il s’organise entre un et trois mois à l’avance » insiste-t-elle. L’objectif, à travers cet argument simple, est de recruter 20 000 nouveaux inscrits (un objectif qui n’a été que rarement atteint les années précédentes, tandis que l’épidémie a inévitablement ralentit les nouveaux recrutements). Les profils les plus recherchés sont les hommes et les jeunes.

Le masque et la plume moqueuse

Et à ceux qui nous reprocheraient notre titre quelque peu provocateur, on le justifiera en mettant en avant notre volonté, nous aussi, de transmettre un message sur le don de moelle osseuse (grâce à une boutade). Et bien sûr s’il fallait une énième raison d’inciter au port du masque dans les situations où une contagion est possible, c’est pour protéger les plus vulnérables, telles les personnes atteintes d’une maladie nécessitant un don de moelle osseuse.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article