Héritier du couteau suisse

Lausanne, le samedi 10 mars 2018 – Le rôle joué par les nouvelles technologies sur les lieux de catastrophes est bien documenté. Cependant, certaines méthodes anciennes apparaissent irremplaçables : un simple couteau suisse, grâce à ses nombreuses possibilités, demeure un objet fort utile dans une zone dévastée. Les principaux atouts du couteau suisse, outre la diversité des actions qu’il permet, sont sa maniabilité, sa petitesse, sa légèreté, son autonomie, son faible coût et sa robustesse. S’inspirant de cet outil phare, une équipe de l’Ecole polytechnique francophone de Lausanne (EFPL) a imaginé un robot qui présenterait tout autant de qualités.

Origami

Tribot (nom qui provient de la conjonction entre "tri" qui fait référence à ses trois pattes et "bot" comme robot) n’a pas à rougir face à son illustre modèle. Sa maniabilité mime le couteau suisse : les trois pattes de Tribot, qui lui valent la désignation de « robot origami » par l’EPFL, peuvent se replier offrant à Tribot une configuration plate et une configuration dépliée. Petit, Tribot tient effectivement dans la paume de la main où sa très grande légèreté se confirme. Qui dit robot, dit nécessairement énergie, ce qui représente un bémol par rapport au couteau suisse. Cependant, cette "faille" reste limitée, puisque sa consommation ne dépasse pas celle d’une lampe LED basique (moins d’un watt de puissance). Sans doute pas aussi avantageux financièrement qu’un véritable couteau suisse, Tribot répond néanmoins à des exigences économiques. Ses concepteurs, au sein de l’équipe du Reconfigurable Robotics Laboratory, ont en effet développé une « méthode de conception systématique ». Or, une production de masse contribuera à diminuer les coûts de fabrication. Enfin, la robustesse de Tribot est assurée par le choix des matériaux.

Idéal dans les situations où le poids et la taille sont des contraintes

Il ne suffit cependant pas d’imiter les caractéristiques du couteau suisse pour être un couteau suisse, encore faut-il rendre des services multiples et utiles. Capable de ramper, rouler et de sauter pour franchir des obstacles (« un prototype peut même faire des bonds en série de 25 centimètres, soit sept fois sa taille »), Tribot pourrait facilement atteindre des zones particulièrement difficiles d’accès et émettre différents signaux. « Des Tribots pourraient être lâchés du ciel par centaine au-dessus de zones reculées où ils pourraient atteindre, grâce à leur trois modes de locomotion, des lieux inaccessibles à d’autres robots plus gros et plus chers. Ne pesant que quelques grammes, c’est le robot idéal dans les situations où le poids est une contrainte » détaille Jamie Paik, directrice du Reconfigurable Robotics Laboratory. Alors que les derniers développements de Tribots, notamment son éligibilité parmi les « robots imprimables » viennent d’être présentés dans la revue IEE Transactions on Robotics, Zhenishbek Zhakypov complète : « Ces développements marquent une étape importante dans la réalisation de "millirobots" autonomes, à batterie et tout-terrains qui pourraient aider dans les situations à risque à observer et explorer divers environnements ».

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article