J'ai testé une conférence d'Henri Joyeux

Paris, le samedi 17 novembre 2018 – Pour offrir au grand public une information scientifique d’une meilleure qualité, il est parfois recommandé de s’en remettre aux experts. Cette préconisation doit cependant être suivie avec prudence, car la parole de certains de ceux qui se présentent comme des experts se révèle parfois totalement anti scientifique. Et, les discours de ces pseudo-experts, en raison de leur réputation, gage de légitimité, représentent un danger majeur. Le professeur Henri Joyeux en est un exemple type : depuis plusieurs années, le praticien véhicule un discours qui va totalement à l’encontre de la médecine basée sur la science et qui compte tenu de son "aura" n’est pas sans risque pour ceux qui l’écoutent.

Il convient en effet de rappeler que contrairement à ce qu’il avance régulièrement comme ligne de défense Henri Joyeux est farouchement hostile à la vaccination et ne se contente pas de discuter la pertinence de son caractère obligatoire. La lecture de différents passages de ses livres ou de son site internet permettait déjà de s’en convaincre.

Aujourd’hui, l’un de nos lecteurs nous en apporte une nouvelle démonstration en nous racontant une récente conférence du professeur Joyeux en Belgique. Cette expérience, si elle est avérée, confirmerait non seulement un discours ubuesque sur la vaccination, mais au-delà sur de nombreux sujets médicaux. A la lueur de tels propos, on constate que l’annulation de la radiation du professeur Joyeux par le Conseil de l’Ordre a sans doute omis de nombreux arguments en faveur de cette sanction...

Par le Dr Laurent Ferry

Me voilà assis à attendre le conférencier pour qui plus de 200 personnes ont fait le déplacement : Henri Joyeux. Le public belge est très hétéroclite. Des parents sont venus avec leur bébé.

Une librairie tournaisienne est venue vendre ses livres. Cette conférence se tient « au profit de la recherche médicale en ophtalmologie ». A quelle hauteur ? Qu'en retire Henri Joyeux ?
La conférence s'intitule "Manger mieux et meilleur, un outil de performance à tous les niveaux de votre être".

Il arrive.
Henri Joyeux est introduit par l'organisateur comme un "immense talent", une "belle personne" : le public applaudit. Il commence sa conférence par une pensée du Dalaï Lama avant d'embrayer sur le sujet de la soirée.

"Tous les jours je rencontre des personnes qui sont dans une véritable pathologie. Je regarde comment vivent ces gens. Si on leur avait dit, si on leur avait expliqué, si on leur avait appris à manger mieux et meilleur !" Il cite des maladies : diabète de type 1, Alzheimer, cancer... Puis laisse présager qu'il va nous apprendre quelque chose : "On nous fait croire... c'est faux…"

Henri Joyeux parle ensuite du Sida. "J'ai fermé les yeux à plus d'une centaine de jeunes du sida."
Il nous raconte une rencontre avec un patient, un jeune sidéen qui aurait diminué sa charge virale par 6, sans traitement, grâce au livre de… Henri Joyeux. "Le jeune sort de son sac mon livre "Changer d'alimentation" et mon livre sur les abeilles. Le changement d'alimentation a permis de réduire le taux viral. Il a mangé plus de végétal, laissé tomber les protéines animales, le gluten, le lait...".

Un calcul inepte

Alors que, rappelons-le, le thème de la conférence est "manger mieux", Henri Joyeux commence à parler des vaccins. Il interpelle des parents venus avec leur bébé de 4 mois. "Ils veulent vacciner les enfants à deux mois mais un enfant allaité par sa maman, il est vacciné par sa maman. Son système immunitaire, il est en construction. Ha bon, docteur, il faut combien de temps pour construire le système immunitaire de ce bébé qui a 4 mois. Il est beau, je le vois hein." Il se perd ensuite dans un calcul dont je cherche encore l'explication : "Il faut, à partir du jour de la conception, vous allez compter le temps de la grossesse, 9 mois, ça fait 268 jours grosso modo et vous ajoutez deux années de 265 de croissance 265 ça vous fait 8 jours. Le système immunitaire, le nôtre, il est mature grosso modo à l'âge de deux ans".

Il minimise ensuite les dangers des maladies contre lesquelles on vaccine : "Contre l'haemophilus influenzae B qui peut donner des méningites des rares fois chez des enfants qui sont en très mauvaise santé. On a donné à penser à traiter la coqueluche. Coque ... On a tous eu la coqueluche, la coqueluche il vaut mieux l'avoir enfant que l'avoir adulte on peut l'avoir plusieurs fois. Puis, il y a l'hépatite B. Comment un enfant peut-il attraper l'hépatite B ?!».

Les dangers du lait et autres poncifs

Retour après cette digression à l'alimentation. Le lait donnerait le cancer : "Plus vous consommez du calcium d'origine animale, plus vous aurez de l'ostéoporose, plus vous aurez de l'acidité et l'acidité fait le chemin du cancer. ". Puis : "Nous ne sommes plus dans l'alcoolisme mais dans le lactolisme."

Il cite plusieurs fois ses livres et parle de son site internet, de sa lettre, parle d'une boîte qui vend des compléments alimentaires. Il parle de ses "recherches". Le tout sur un fond de complotisme : "On se fout de tout, on nous manipule, on nous prend pour des con... sommateurs."

De façon régulière, il parle de ses confrères avec mépris : "Dans les facs de médecine, je connais mes collègues. Il en sont encore au régime du diabétique, de l'hypertendu."

Il parle avec vulgarité et, à plusieurs reprises, sort des stéréotypes sur les nationalités :
"Les Anglais n'ont pas de palais".
"Je n'ai rien contre les Polonais ou les Turcs,…"
"Le riz blanc, il faut le laisser aux Chinois"
"Le Nutella, faut le laisser aux Italiens".

Sans transition, il se met à parler d'un procès qui l'a opposé à la télévision publique belge : "La RTBF ce sont des coquins. Je peux le dire publiquement. Je leur ai fait un procès. L'avocat a dit : "je vous défends gratuitement". On a gagné."

La conférence s'achève sur des questions-réponses. Une question porte sur l' Hélicobacter pylori.
Henri Joyeux répond que l'Hélicobacter est dû au lait et qu'il suffit de prendre du propolis... Et ne pas écouter son "tubologue"...

Quelques réflexions après cette expérience édifiante

C’était une conférence ennuyeuse. On n'y apprend rien.
Henri Joyeux fait des leçons d'anatomie-physiologie niveau CP et ses connaissances paraissent basiques (il cite par exemple la radio, le scanner et l'écho comme outils de diagnostic du cancer... Connaît-il les progrès effectués, comme l'imagerie par résonance, le PETscan, les marqueurs tumoraux,...? ).

Le discours est vide, on ne rentre avec aucun conseil nutritionnel intéressant pour la santé, même pire. Il recommande du vin, du chocolat la nuit,... Et les caries ? Un œuf à la coque chaque matin... Et le cholestérol ?

Il donne aussi des conseils dangereux pour ceux qui les appliqueraient. Je pense notamment aux sidéens, aux parents qui ne vaccineraient pas leurs enfants, à la personne qui ne prendrait pas son traitement contre l'hypertension,… Des conseils qui vont à l'encontre des connaissances scientifiques actuelles.

Concernant plus particulièrement la vaccination, il laisse croire que l'allaitement suffit pour protéger les enfants des maladies infectieuses. C'est tout simplement faux. Il ne protège par exemple pas du tout contre la diphtérie et le tétanos. Et si l'allaitement offre une petite protection pour certaines maladies, l'effet n'est pas assez important pour remplacer les vaccinations recommandées.

Ces propos sont extrêmement problématiques. On connaît les risques en cas de non-vaccination… Il semble ignorer que la coqueluche est responsable de décès de bébés chaque année, partout dans le monde et aussi en France et en Belgique.

Pour l'Haemophilus influenzae, ce qu'il prétend est faux. Et quand bien même cette bactérie ne toucherait que les enfants "en très mauvaise santé", ne peuvent-ils pas avoir la chance d'être protégés par la vaccination des autres enfants ?

Si vous voulez être en bonne santé, mangez sainement, diversifié, équilibré mais n'allez pas à une conférence de Henri Joyeux.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (28)

  • En matière de pharmacopée c'est que du business

    Le 17 novembre 2018

    C'est l'éternelle confrontation entre les adeptes de la médecine naturelle et les barons de la médecine conventionnelle.
    Nous ne sommes pas contre cette dernière qui a fait beaucoup pour l'humanité en matière de progrès dans les soins.
    Malheureusement, en matière de pharmacopée c'est que du business.
    Même chose pour les produits des laboratoires de santé naturelle.
    Ainsi les recommandations de la médecine conventionnelle concernant certaines maladies chroniques sont à côté de la plaque, je pense notamment aux maladies que vous avez cité dans l'article comme le diabète par exemple ou le cholestérol.

    Encore une fois, c'est les laboratoires de recherche qui sont responsables de beaucoup de dérives. Je suis convaincu qu'ils pourraient trouver des traitements pour des maladies chroniques s'ils le veulent. Mais cela ne les arrange pas. C'est une source d'argent beaucoup trop importante.

    R.

  • L'obscurantisme règne

    Le 17 novembre 2018

    Bravo! Très bon rapport d'une "conférence" à laquelle le Professeur Joyeux à confirmé son adhésion au complotisme et prouvé l'évanescence de sa culture scientifique. Inquiétant pour nos enfants! Ce qui est aussi surprenant, c'est la position du Conseil de l'Ordre concernant l'annulation de sa radiation. L'obscurantisme règne dans toutes les sphères.

    Dr Didier Geist

  • Article maladroit

    Le 17 novembre 2018

    Quand on attaque ce triste sire on se doit d'être parfait ; manger un œuf n'a jamais augmenté le taux de cholestérol.

    Dr Pierre Castaing

Voir toutes les réactions (28)

Réagir à cet article