Le piège qui n’en était (toujours) pas un

Bruxelles, le samedi 8 août 2020 – Les théories complotistes en tous genres ont fleuri avec l’épidémie de Covid-19. Les applications destinées à faciliter la recherche des cas contacts ont notamment été à l’origine de nombreuses rumeurs. C’est ainsi que ces derniers jours, un peu plus d’un millier d’internautes belges ont partagé un message affirmant qu’une application de traçage avait été installée sur certains téléphones portables par les autorités à l’insu de leurs utilisateurs. Pour les diffuseurs de cette information perturbante, l’installation se ferait automatiquement lors d’une mise à jour comme en témoignerait l’apparition d’une fonctionnalité intitulée « Notifications d’exposition au Covid-19 ». Il s’agit en réalité d’un outil développé par Apple ou Android, destiné à permettre la prise « en charge des applications de recherche des contacts des patients atteints du Covid-19 mises à disposition par les autorités de santé publique ». Dès lors, si l’utilisateur du téléphone choisit de ne télécharger aucune application de traçace, l’interface n’a aucune possibilité de fonctionner.

Coronalert n’existera pas avant septembre !

L’alerte lancée par ces internautes belges est d’autant plus emblématique du caractère irrationnel de ce type de messages que la Belgique n’a encore pas déployé d’application de traçage. Le système Coronalert ne sera en effet disponible qu’en septembre. Par ailleurs, la fonctionnalité d’Apple et d’Android existe depuis le 20 mai… et depuis cette date des internautes d’autres pays ont eux aussi voulu croire à un « piège » des autorités et des géants des télécommunications, par exemple au Canada ou en France avant d’être rapidement détrompés.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article