Pourquoi j’ai mangé mon père ?

Brighton, le samedi 15 avril 2017 – Dans les études, les épisodes connus de cannibalisme préhistorique sont souvent considérés comme utilitaires, mais les preuves manquent et les motivations restent controversées. Soucieux de mieux les comprendre, l’anthropologue, James Cole, de l’université de Brighton, a évalué les qualités nutritives de la viande humaine et les a comparées avec celles d’autres animaux.
Pour ce faire, il a effectué une revue de littérature* qui lui a permis de dresser le tableau ci-dessous qui établit le nombre de calories de chaque partie du corps humain !

Il a expliqué à l’AFP « sur le plan calorique, nous correspondons à un animal de notre taille et de notre poids (…) Nous ne sommes pas très nourrissants comparés aux gros animaux que les premiers hommes chassaient et mangeaient ». Les viandes de mammouth, d’ours, de sanglier ou de bison apparaissent en effet nettement plus nourrissantes selon des chiffres reproduits par le chercheur. De plus, il souligne que si l’on retranche la dépense d'énergie nécessaire à la chasse d'un être intelligent et potentiellement armé, la viande humaine ne représente que peu d’intérêt nutritionnel !
S’il ne nie pas la complexité des mécanismes qui pouvaient amener à « manger son père » en ces temps reculés, il conclut que l’anthropophagie était alors, la plupart du temps, d’ordre rituel.

* Il a construit son modèle nutritionnel humain en utilisant des données publiées relatives à la composition chimique du corps humain et aux poids moyens des membres et des organes de quatre individus adultes masculins. La conversion calorique a été établie selon le ratio suivant: 1 gramme de protéine est égal à 4 calories, 1 gramme d'hydrate de carbone est égal à 4 calories et 1 gramme de graisse est égal à 9 calories.

F.H.

Référence
Cole J: Assessing the calorific significance of episodes of human cannibalism in the Palaeolithic. Sci Rep. 2017. Publication avancée en ligne le 6 avril 20017. doi: 10.1038/srep44707.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article