Pourquoi une photo diffusée par les Springboks a-t-elle fait gazouiller sur les réseaux sociaux ?

Paris, le vendredi 13 septembre 2019 – A quelques jours du début de la coupe du monde de rugby au Japon, les Springboks, l’équipe d’Afrique du Sud, a semble-t-il déployé une tactique de guerre psychologique. Elle a en effet diffusé sur différents réseaux sociaux une photographie de tous ses membres torses nus où biceps et abdominaux affutés s’étalant aux yeux de tous ! L’image n’est pas demeurée sans commentaire. Beaucoup ont d’abord estimé que si l’objectif de ce cliché était de susciter l’appréhension chez les adversaires, le pari était probablement gagné. Mais surtout, certains se sont interrogés sur la transformation physique de certains joueurs. Ainsi, la journaliste Pascale Lagorce n’a pu que constater combien avait évolué la carrure de l’ailier du Stade Toulousain Cheslin Kolbe, dont le poids officiel ne dépassait pas il y a quelques mois les 74 kg. Ses nouvelles mensurations sont sans doute aujourd’hui quelque peu différentes. Faut-il croire que seule une préparation physique intensive a permis d’obtenir ce résultat ? Certains en doutent, d’autant plus que depuis des années les soupçons se multiplient quant au recours au dopage dans l’équipe d’Afrique du Sud. Le Figaro se souvient ainsi comment en 1997, le médecin des Springboks victorieux avait produit de multiples ordonnances évoquant des traitements relevant d’une autorisation temporaire pour justifier l’utilisation de médicaments non homologués. Par ailleurs, beaucoup notent que la faible longévité des anciens joueurs sud-africains dont plusieurs sont morts avant 50 ans après des pathologies rares est un indice supplémentaire de pratiques potentiellement délétères. Des suspicions musclées.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article