Quel être vous manque quand tout est dépeuplé ?

Parisot, le samedi 1er octobre 2022 – Le maire de Parisot (Tarn-et-Garonne), cité médiévale du Quercy de 600 âmes est désemparé…A l’automne dernier, le médecin du village, un praticien roumain a quitté la village après avoir refusé d’être vacciné contre la Covid. L’édile, Alain Iches, pensait avoir trouvé un remplaçant et même deux ! Il s’agit d’un couple de médecins algériens.

Mais voilà, lourdeur administrative oblige, ils ne parviennent pas à obtenir de visa pour eux et leurs deux enfants de 2 et 4 ans, dans un contexte de tension entre l’Algérie et la France. La France rechigne en effet à délivrer des visas aux ressortissants Algériens, alors que l’ancienne colonie française se refuse à délivrer des laissés passés consulaires pour accueillir ses citoyens expulsés par la France.

« C’est absurde, on frise le ridicule » dénonce le maire qui se démène pour faire accélérer le dossier. D’autant que l’élu sait qu’après le visa les deux médecins à diplômes hors d’union européenne ne seront pas arrivés au bout de leur peine. Il leur faudra en effet obtenir l’aval du conseil national de gestion pour les équivalences, puis une inscription au tableau de l’Ordre des médecins du Tarn-et-Garonne.  

Le maire rapporte ce qui l’a amené à choisir ce couple d’omnipraticiens. « Par pur hasard, j’ai été contacté en début d’année par la chambre de commerce d’Alger qui voulait se mettre en rapport avec une entreprise montalbanaise qui fabrique des machines pour le calibrage des fruits », raconte Alain Iches qui est également le président de la chambre d’agriculture du Tarn-et-Garonne. « Deux semaines après, le directeur de la chambre de commerce d’Alger m’a rappelé pour me dire qu’il avait obtenu ce qu’il voulait. Pour me remercier, il m’a demandé ce que je voulais en échange. Sur le ton de la plaisanterie, j’ai répondu : un médecin pour ma commune. Il connaissait justement le couple de médecins qui souhaitent venir chez nous aujourd’hui. Voilà comment le contact s’est établi ».

Pour stimuler l’administration française, Alain Iches décrit à la Dépêche du Midi le tableau noir de la situation de sa commune.  « Entre Parisot et les communes avoisinantes, plus de 2 000 personnes attendent un nouveau médecin depuis un an. On a de plus en plus d’habitants qui n’ont pas de médecin traitant ou qui sont contraints d’effectuer de longs déplacements pour consulter à Caussade, Montauban et même Toulouse. Sans compter, que l’on a beaucoup de personnes âgées sur nos territoires ».

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article