Quelle pratique le Pakistan veut-il faire progresser ?

Islamabad, le samedi 22 juillet 2017 -  C’est un pays où la religion revêt encore une importance capitale. Le gouvernement a pourtant décidé de promouvoir une pratique régulièrement dénoncée par les dignitaires religieux : la contraception. Il s’agit en effet de ralentir la progression de la population : sa croissance est en effet aujourd’hui telle, qu’elle restreint considérablement la portée des progrès économiques et sanitaires. Aussi, le ministre de la Santé du Pakistan, Saira Afzal Tarar, vient de se fixer comme objectif d’atteindre un taux de recours à la contraception de 50 % quand il ne dépasse pas aujourd’hui 35 %. Les Pakistanais se verront offrir « un meilleur choix contraceptif, avec un plus grand éventail de méthodes disponibles, plus de conseils et une augmentation du recours aux méthodes réversibles de longue durée » a détaillé Saira Afzal Tarar. Certains observateurs noteront que dans ce cadre, le choix de mieux maîtriser la fécondité des femmes, dans l’objectif d’améliorer le développement d’un pays, ne suscite pas les commentaires et les critiques qu’avaient entraîné des déclarations d’une teneur assez proche d’Emmanuel Macron concernant l’Afrique.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article