Qui a eu raison d’espérer pendant 16 ans ?

Paris, le samedi 16 octobre 2021 – Les habitants s’étaient sans doute résignés. Beaucoup ont fait des praticiens des communes voisines leur médecin traitant et accepté par habitude de prendre leur voiture pour se faire soigner. Après 16 ans, même s’ils ne pouvaient que reconnaître l’implication du maire Thierry Gaillard (élu depuis 2006), peu conservait l’espoir de compter à nouveau un médecin dans leur ville .

Coup de théâtre

C’est de façon assez soudaine que le praticien du village avait quitté son cabinet en 2005, après un divorce. Depuis, Sardent, petite ville d’un peu plus de 770 habitants perdue dans la Creuse, désespérait de revoir s’installer une blouse blanche en son sein. Pourtant, la municipalité multiplia les démarches auprès de l’Agence régionale de santé, de l’Ordre des médecins et organisa quelques opérations séduction pour les étudiants en médecine. Mais l’ensemble des promesses et des tentatives échouèrent. Thierry Gaillard, lui-même avait peut-être fini par se résigner. Mais il y a quelques mois, un homme, le docteur Franck Raton, l’appelle. Il a vu sur le site SOS Village, une annonce évoquant la recherche d’un médecin par Sardent. Le message date en réalité de plus de trois ans. Mais Thierry Gaillard s’en souvient parfaitement. Fébrile et peu convaincu de faire mouche, il expose la situation. Sardent est une petite commune, isolée et qui même si elle présente de nombreux avantages de tranquillité souffre également des quelques inconvénients de la ruralité. Franck Raton n’a pas besoin d’être convaincu : il recherche justement un exercice solitaire, à la campagne. Il visite peu après la maison que met à sa disposition la mairie pour installer son cabinet et son domicile, en attendant l’ouverture d’une maison pluridisciplinaire en septembre 2022. Et au cœur de l’été, le suspens prend fin : Franck Raton annonce un dimanche à l’édile son souhait de faire partie de ses administrés. Depuis, le cabinet du praticien, ancien médecin militaire, âgé de 38 ans, ne désemplit plus : son carnet de rendez-vous était déjà plein avant même l’arrivée du praticien. Si l’histoire de Sardent illustre la problématique des déserts médicaux, le maire veut également en faire un témoignage des mérites de la ténacité !

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article