Une application pour faire face aux agressions dans les cabinets médicaux ?

Paris, le samedi 11 novembre 2017 – Même ceux qui n’en ont jamais téléchargé ou utilisé le savent : il existe des applications pour tout  disponibles sur les téléphones mobiles ! Pas étonnant dès lors qu’une foule de ces logiciels promette de renforcer la sécurité. Il s’agit de différents dispositifs d’alerte, parfois associés à un système de géolocalisation, qui doivent contribuer à une prise en charge plus rapide en cas d’accidents, de catastrophes ou d’agressions.

Un système conçu par un ancien agent de Tsahal

L’application Reporty, développée par un ancien agent des forces spéciales de Tsahal (l'armée israélienne) Amir Elishai, qui a pu constater les limites de la réponse actuelle des secours face aux alertes qu’ils reçoivent, fait partie de ces dispositifs destinés à renforcer la sécurité. En un seul clic, il est ainsi possible de signaler l’existence d’un danger. Immédiatement, la plateforme associée à Reporty reçoit des images vidéo captées par le téléphone portable de la victime et peut ainsi évaluer les besoins à couvrir, tandis qu’un système de géolocalisation permet un ciblage local optimal. Des alertes peuvent également être simultanément envoyées aux proches de la personne.

Un projet qui enthousiasme l’Ordre

Les potentialités de l’application Reporty ont séduit les responsables du conseil régional de l’Ordre d’Ile de France. Confrontée à une augmentation du nombre d’agressions visant les médecins, l’instance souhaite offrir de nouveaux dispositifs à ces derniers, s’ajoutant aux alarmes, caméras, interphones déjà fréquemment prônés et utilisés. Aussi, attend-t-elle des développeurs de Reporty qu’ils puissent adapter leur système aux besoins des médecins. Déjà, l’enthousiasme est marqué chez le vice-président du Conseil d’Ile de France de l’Ordre des médecins, Jean-Claude Zermat, interrogé récemment sur ce sujet par le site Pourquoi Docteur : « Cette application pour smartphone peut être utilisée dans de nombreux domaines (…). Elle permet, grâce à un moyen discret comme une montre ou un pendentif, de déclencher le téléphone et d’appeler un centre d’appels. Ce qui est très important, c’est que le téléphone reste en veille. Rien ne se passe sur l’écran du téléphone, mais dès que le système est mis en route, le centre d’appels reçoit l’image et le son. Il pourra ensuite évaluer la situation et envoyer des secours si besoin » détaille Jean-Claude Zermat. Ce dernier note encore que le coût apparaît intéressant puisqu’il pourrait ne s’élever qu’à deux ou quatre euros par an et par médecin « s’il est installé chez 20 000 praticiens ». Cependant, il ne s’agit encore que d’un projet. Les développements doivent être finalisés et des discussions doivent se poursuivre concernant notamment l’installation de la plateforme recevant les appels. Pour ce faire, l’Ordre des médecins s’est déjà rapproché du ministère de l’Intérieur.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article