Vers des cornées en impression 3D

Newcastle, le jeudi 7 juin 2018 – Ce que certains ont appelé le "bioprinting" est considéré comme une piste possible pour répondre à la pénurie de greffons qui représente un obstacle certain à l’activité de transplantation. Cependant, le chemin est encore long avant l’obtention d’organes pouvant être implantés grâce à la technique de l’impression 3D. Des premières étapes ont été franchies avec succès : la résistance des cellules souches embryonnaires à l’impression 3D et leur possible utilisation dans ce cadre ont notamment été mises en évidence.

Sur mesure… mais pas tout de suite

Aujourd’hui, des chercheurs de l’Université de Newcastle démontrent dans la revue Experimental Eye Resarch que l'on peut créer une cornée en impression 3D. Pour ce faire, l’équipe a eu recours à une encre biologique composée de cellules de cornée prélevées chez des donneurs, d’alginate et de collagène. En réalisant des cercles concentriques, les chercheurs ont obtenu un organe pouvant être considérée comme une cornée, dont 90 % des cellules étaient toujours vivantes après 24 heures et 83 % au bout d’une semaine. Les auteurs de la publication estiment que,  sur cette base, des cornées "sur mesure" pourraient être réalisées en utilisant les images obtenues par scanner des patients. Cependant, avant l’implantation d’une telle cornée et l’évaluation de son innocuité et de son efficacité en situation réelle, de nombreux tests devront encore être réalisés.

Diane Caulet

Référence
Abigail Isaacson et coll: 3D Bioprinting of a Corneal Stroma Equivalent Experimental Eye Research 2018. (doi: 10.1016/j.exer.2018.05.010)

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article