Biocapteurs : les jeunes en action !

Eindhoven, le samedi 22 septembre 2018 – Lancée en 2016, SensUs est une compétition internationale d’étudiants organisée par l’Université technologique d’Eindhoven (Pays Bas) dédiée à la mise au point de nouveaux biocapteurs. Cette année, le concours concernait le dosage des antibiotiques, un domaine essentiel à l’heure où les résistances bactériennes représentent une préoccupation importante et d’une manière générale pour améliorer l’efficacité des médicaments (et la gestion de leurs effets secondaires).

Une quasi première

Parmi les treize équipes participantes, l’équipe SenSwiss de l’Ecole polytechnique francophone de Lausanne (EPFL) s’est particulièrement illustrée. Son test destiné à la quantification de la vancomycine dans le plasma sanguin a remporté le prix technique de la compétition, tandis que le groupe s’est classé second pour les prix dédiés à la créativité et à l’entrepreneuriat. « Leur biocapteur s’est avéré le plus performant pour mesurer avec précision la quantité de vancomycine dans les échantillons de plasma sanguin. Ceci en moins de cinq minutes, avec seulement quelques gouttes de sang et une technologie utilisée de manière novatrice » résume un communiqué de l’EPFL. Pour obtenir ce succès, « nous avons recréé un peptide se liant spécifiquement à la vancomycine, et nous lui avons ajouté une molécule fluorescente. Lorsque l’antibiotique vient se lier à ce peptide fluorescent, ce dernier ralentit son mouvement. En conséquence, il renvoie une lumière plus polarisée que lorsqu’il est libre. Grâce au degré de polarisation de la lumière, nous pouvons donc quantifier la concentration de vancomycine présente dans le sang du patient », détaille Alix Faillétaz, étudiante en bioingénierie. Si la technique existait déjà, c’est la première fois qu’elle était utilisée pour la mise au point d’un biocapteur portable. Par rapport aux méthodes utilisées actuellement, ce biocapteur est bien plus rapide et économique.

Multidisciplinarité

Si l’équipe suisse est parvenue à présenter un projet aussi convaincant, c’est notamment parce qu’elle a pu bénéficier des atouts et de la multidisciplinarité des Discovery Learning Labs (DDL), laboratoires développés au sein de l’EPFL pour faciliter les travaux interdisciplinaires. Ainsi, des étudiants en microtechnique, bioingénierie et sciences de la vie ont pu travailler ensemble dans des infrastructures adaptées.

Désormais, l’avenir est au développement et à l’utilisation en routine d’un tel biomarqueur.

Concours SensUs https://www.sensus.org/

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article