TherA-Image : au cœur de la chirurgie de demain

Rennes, le samedi 26 janvier 2013 – Plusieurs « premières », réalisées, notamment en France, ces derniers mois, l’ont confirmé. La chirurgie de demain accordera une place croissante à la robotique, tandis qu’elle s’associera de plus en plus à des techniques d’imagerie plus précises et immédiates. En outre, l’avenir de la chirurgie semble en grande partie tendu vers la mise au point de techniques peu invasives, afin de restreindre les complications pour les patients et d’offrir à un nombre plus large de malades les bénéfices des traitements chirurgicaux. C’est pour répondre à l’ensemble de ces enjeux, à ces défis hautement technologiques, qu’a été créée la plateforme TherA-Image.

Un lieu unique en Europe

Fruit de la collaboration entre les chercheurs, ingénieurs et médecins du centre cardio-pneumologique du CHU de Rennes au sein du Laboratoire traitement du signal et de l’image (Université de Rennes 1/Inserm) la plateforme TherA-Image a été inaugurée la semaine dernière au sein du CHU de Rennes. Présenté par l’INSERM comme un « bloc opératoire hybride, à la fois lieu de soins et de recherche dans le domaine des technologies pour la santé », cet espace, pour le moins futuriste en raison des nombreux écrans, robots et appareils qui le peuplent, est unique en Europe.

Equipements de pointe

Centré d’abord sur la cardiologie, TherA-Image explore déjà plusieurs « nouvelles approches » dans cette discipline. L’un des projets portés par la plateforme vise ainsi à l’amélioration du traitement de l’insuffisance cardiaque. « Grâce à la plateforme TherA-Image, médecins et chercheurs pourront optimiser les techniques et les dispositifs implantables de stimulation électrique du cœur » explique l’INSERM. Autre voie explorée : l’élimination des foyers électriques qui provoquent les troubles du rythme. « Sont développées dans ce but des techniques et des modèles de navigation intracorporelle, ainsi que des cartes de répartition des courants électriques au sein du muscle cardiaque » détaille encore l’institut de recherche. Concernant la mise en place de protocoles chirurgicaux moins invasifs, les chercheurs et praticiens du CHU de Rennes s’intéressent au remplacement en percutané des valves cardiaques. Pour mener à bien l’ensemble de ces projets, les équipes de TherA-Image bénéficieront d’équipements de pointe : « observation 3D intra-opératoire, réalité augmentée, électrophysiologie cardiaque (…), navigation endovasculaire » ou encore robot de cathétérisme énumère l’INSERM.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article