En toute indépendance

Glasgow, le samedi 29 mai 2021 - Le pari était audacieux. Et l’échec attendu. Début mai, Peter Krykant est arrivé bon dernier aux élections parlementaires où il se présentait à Falrkirk East. Mais la déception est atténuée par la visibilité médiatique que cette candidature lui a offerte, lui permettant notamment de rappeler l’importance de la cause qu’il défend. Le chemin parcouru est également impressionnant. Il y a dix ans, celui qui posait en costume cravate sur le site de financement participatif de sa campagne, errait dans les rues de Glasgow à la recherche d’un peu d’argent pour acheter de l’héroïne.

Double peine

La difficile épreuve du sevrage et la longue réhabilitation pour devenir travailleur social n’ont jamais éloigné Peter Krykant du souvenir de la souffrance de ses compagnons d’infortune, dont certains ont péri pendant ces années ou à l’addiction à l’héroïne s’ajoutait le risque de la contamination par le VIH. Au contraire, au fur et à mesure qu’il était soigné de sa dépendance mortifère, il mesurait de façon plus aiguë l’ampleur de l’abandon à leur sort des toxicomanes et de leurs proches dans cette Ecosse qui en 2016 a drastiquement diminué les fonds destinés à la prévention des addictions.

Salle de shoot ambulante

Alors Peter Krykant a décidé d’aller plus loin que son travail d’assistant social et a mis en place un projet d’aide aux toxicomanes. D’abord concentré sur la prévention des contaminations par le VIH, le VHB et le VHC, il va désormais au-delà en facilitant l’accès à la naloxone. Ainsi, Peter Krykant va à la rencontre des consommateurs à bord d’une ancienne ambulance achetée au NHS et qu’il a aménagée pour qu’elle devienne une salle ambulante d’injection à moindre risque. C’est ainsi qu’il a pu prendre en charge plusieurs victimes d’overdose… mais sans avoir encore obtenu l’autorisation officielle des autorités.

Une médiatisation payante

Fort de son expérience, Peter Krykant milite désormais politiquement pour sortir les responsables écossais de leur aveuglement. L’Ecosse compte en effet le taux de morts par overdose le plus élevé d’Europe : 1 264 personnes ont succombé à l’héroïne ou à des substances proches en 2019, soit trois fois plus que dans le reste du Royaume-Uni. Alors que faute de moyens, les programmes de prise en charge sont notoirement insuffisants pour répondre à la demande et les structures de soutiens sociaux défaillantes, Peter Krykant a réussi à sensibiliser la grande gagnante de l’élection du 6 mai, l’indépendantiste Nicola Sturgeon. Elle a en effet promis qu’en cas de victoire, elle allouerait 350 millions de livres sterling (400 millions d’euros) sur cinq ans à la prévention des overdoses. Bien sûr, Peter Krykant reste sur ses gardes quant à la réalisation de sa promesse mais sait déjà que la médiatisation dont il a bénéficié ces dernières semaines est un atout indéniable.

C’est notamment grâce à elle qu’il a obtenu le soutien du milliardaire Richard Branson. « Quand je fais quelque chose, je ne le fais pas à moitié », résume le militant interrogé par la presse britannique et française.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article