L'homme de la semaine : Parfois considéré comme une ordure

Paris, le samedi 22 décembre 2012 – S’il y en a un qui attend le 26 décembre avec impatience c’est bien lui ! Il faut dire que sa mission n’est pas une sine cure et beaucoup se demandent comment les troubles musculosquelettiques liés à la répétition des tâches qu’il doit exercer avec une extrême célérité (822,6 descentes de cheminée par seconde et une distribution de cadeaux toutes les 0,001 seconde ! * et le stress des préparatifs (378 millions d’enfants à contenter sans compter les non chrétiens qui le sollicitent de plus en plus !) ne lui ont pas déjà coûté sa santé ! D’autant plus qu’en dehors de ses courses supersoniques en rennes, le Père Noël ne prend guère soin de lui. En 2009, dans le British Medical Journal (BMJ) un chercheur australien fustigeait en effet le surpoids plus qu’important de Santa Clauss !

Le Père Noël, l’apprentissage de l’optimisme

Pourtant ce dernier est indispensable. C’est le docteur Edwige Antier qui nous le dit. On aurait pu penser que le fait de « croire » ou non au Père Noël n’a pour le développement d’un enfant guère plus d’incidence que le fait de connaître le nombre exact de rennes attelés au traîneau. Que nenni. Le docteur Edwige Antier nous affirme (!) dans le Point que les enfants « privés » du mythe du Père Noël pourraient être moins bien armés face à la vie. « Cela peut nuire à la possibilité de grandir avec optimisme, c’est-à-dire à la faculté de résister aux malheurs de la vie en attendant une bonne surprise. Ce mythe concrétise le concept d’espoir ». En cela, Edwige Antier est plutôt rejointe par l’Association nationale des puéricultrices diplômées et des étudiants (ANPDE). Interrogé par Destination Santé, le président de cette organisation, Sébastien Colson défend en effet que le Père Noël aide l’enfant à « développer son imagination, essentielle pour lui permettre de se construire et de découvrir la réalité ». Il poursuit : « C’est également, sans en être conscient, une manière de protéger son enfant des difficultés de la vie ».

Des cadeaux empoisonnés

Indispensable, donc, le père Noël pourrait cependant ne pas être toujours un personnage recommandable. Et ce en raison de tous les trésors qu’il cache dans sa hotte. En effet, parmi les présents qui devraient se retrouver dans de nombreux « petits souliers » le 25 décembre au matin, plusieurs ne seraient guère des cadeaux. Problèmes de vue liés aux écrans en tous genres, troubles du sommeil engendrés par la sur-consommation de produits high tech, surdité provoquée par l’écoute de mp3 à des niveaux peu recommandables sont autant de troubles  favorisés par les différents objets qui devraient être fréquemment offerts cette année à Noël. Des pathologies épinglées par plusieurs professionnels de santé dans les colonnes du site Atlantico. Bref, ce n’est pas toujours à tort que le Père Noël est considéré comme une ordure.


* Selon un calcul réalisé par un groupe de mathématiciens iconoclastes oeuvrant sur Facebook !

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article