Un avant-gout du bonheur

Paris, le vendredi 15 novembre 2019 – « Nos vies ressemblent à ces bouteilles remplies de sable, souvenirs silencieux de vacances au soleil, prisées par les touristes du monde entier. Elles sont remplies de couches multicolores et la succession de leurs strates fait émerger au final, comme par miracle, une belle image ». Telles sont les premières phrases de l’autobiographie sucrée du docteur Noha Baz. Mais si en évoquant sans chronologie, dans un tendre désordre, ses souvenirs et ses pensées, le pédiatre libanais illustre parfaitement cet exergue, son livre révèle également combien nous sommes aussi les mille reflets d’un kaléidoscope. Notre personnalité n’est jamais un bloc monolithique mais le fruit des poussières mélangées.

Lectrice assidue

La multiplicité de Noha Baz est parfaitement évoquée par la journaliste Olivia de Lamberterie qui signe la préface de son livre. Elle raconte comment lors de sa première rencontre virtuelle avec l’auteur de Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur (phrase glanée dans les carnets de Camus), elle s’était imaginée son admiratrice sous les traits d’une grande lectrice. Il faut dire que Noha Baz multipliait sur le compte Instagram d’Olivia de Lamberterie au lendemain de ses chroniques littéraires dans Télématin des messages pertinents et érudits sur différentes lectures. L’éditorialiste comprit alors rapidement que Noha Baz était une lectrice assidue et n’envisageait pas qu’une telle ferveur puisse se conjuguer avec une activité professionnelle soutenue.

Gastronome accomplie

En explorant un peu plus le profil Instagram de Noha Baz, Olivia de Lamberterie découvrit alors des dizaines de photographies toutes plus appétissantes les unes que les autres : des délices sucrés côtoyant des mets raffinés et que l’on ne peut que regretter de ne pouvoir goûter. De fait Noha Baz a rédigé plusieurs ouvrages de cuisine, en hommage notamment à la gastronomie syrienne et libanaise de son enfance. Elle a également fondé le prix Ziryuab récompensant les meilleurs « livres gastronomiques francophones qui racontent une belle histoire de tradition ou de transmission ».

Pédiatre ensoleillée

Mais bientôt surprise : Olivia de Lamberterie découvre dans l’Express que Noha Baz est pédiatre. Une pédiatre engagée. Ayant mené ses études en France, elle a choisi de réaliser son internat à Beyrouth pour venir en aide à la population de son pays tant aimé. Après avoir tenu tête à sa famille qui aurait espéré une orientation plus traditionnelle pour la jeune femme, le docteur Noha Baz n’hésita pas à affronter le système hospitalier du Liban largement corrompu et qui en raison de l’omniprésence de l’argent exclut les plus pauvres de l’accès aux soins. Après avoir assisté au refus de son chef de service de prendre en charge un jeune enfant libanais n’ayant quasiment pas de ressource, elle a fondé l’association Les Petits Soleils qui depuis vingt ans offre des soins gratuitement aux plus jeunes patients de Beyrouth.

Optimisme avant tout

Cet engagement n’est cependant pas l’unique trame de son livre qui passe par bien des détours évoquant son enfance et son rôle d’aînée devant ouvrir la voie de l’émancipation, de son amour pour sa ville, Beyrouth, mélange de modernité et de traditions ancestrales, de la guerre, de la maternité et encore de son refus de sacrifier à l’apparente grâce du cynisme et du défaitisme en toute chose. Le récit évoque également encore sa passion pour la littérature et la cuisine. Toutes ces strates de sables forment un patchwork laissant deviner une personnalité complexe, pouvant tout à la fois côtoyer la souffrance et la misère et follement aimer la futilité de la mode. Sa ligne directrice : rechercher dans toutes ces facettes de l’existence, la beauté, et le goût du bonheur.

Aurélie Haroche

Référence
Noha Baz, Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur, éditions Leduc, 160 pages, 16 euros (les recettes du livre seront reversées à l’association Les Petits Soleils).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article