Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin…avec du Viagra !

Mary Lou Marzian

Washington, le samedi 20 février 2016 - Le 11 février dernier, Mary Lou Marzian, membre de la chambre des représentants du Kentucky a déposé une proposition de loi visant à réguler l’accès au Viagra pour les hommes mariés.
Le texte prévoit que les patients concernés devront produire une autorisation signée par leur épouse et jurer sur la Bible qu’ils utiliseront ce médicament uniquement pour leur relation conjugale.

Protéger les hommes d’eux-mêmes

Contrairement aux apparences, ces lubies n’émanent pas du Tea party ou d’un supporter de Ted Cruz mais bien d’une démocrate qui souhaite aussi dénoncer les restrictions au droit à l’avortement dans cet état.
« Je veux protéger ces hommes d’eux-mêmes », a-t-elle expliqué ironiquement, reprenant ainsi les discours des républicains pro-vie.

Dans le même ton, elle promet également de déposer un amendement prévoyant l’obligation pour les acheteurs d’armes à feu de discuter avec une victime de blessure par balle.
Un coup dur pour ceux qui Trump leur femme !

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Rien à l'épouse

    Le 20 février 2016

    C'est ainsi que va s'établir un circuit du Viagra comparable à celui de la cocaïne.
    Bravo ! Ce qui me choque c'est qu'on n'impose rien à l'épouse. On pourrait également lui faire signer l'attestation de fidélité.

    AC

  • Viagra ?

    Le 22 février 2016

    Les voisines ne savent pas y faire si les mecs doivent prendre du Viagra...

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.