Michèle Rivasi, la reine de l’alterscience

Paris, le samedi 18 février 2017 – Finalement, tout ou presque fut annulé. Le 9 février dernier devait se tenir au Parlement européen une conférence proposée par le député européen Michèle Rivasi sur les vaccins. Si, dans un second temps, la manifestation a été présentée comme destinée à répondre à la question « Comment restaurer la confiance », le choix des intervenants laissait peu de doute sur l’inspiration anti vaccinale de cette rencontre. De fait, l’ancien médecin Andrew Wakefield faisait figure de vedette avec notamment la programmation de son film Vaxxed : from cover-up to catastrophe. Or, les liens entre celui qui a été radié par les autorités britanniques et les lobbys hostiles aux vaccins ne sont plus à démontrer. Face à la levée de boucliers provoquée par la tribune offerte à ce fraudeur notoire, notamment dans la presse anglosaxone, l’événement a été annulé, ainsi que plusieurs (mais pas toutes) des réunions "alternatives" qui avaient été programmées (une rencontre a eu lieu à Paris en l’absence d’Andrew Wakefield mais en présence du professeur Even…).

Pousser un Crii

Dont acte ? Pas tout à fait. Plusieurs blogueurs ont tenu à l’occasion de ce scandale à rappeler les états de service de Michèle Rivasi, député européen, agrégée de biologique et qui a fait des questions de santé publique l’une de ses spécialistés. Sur son blog hébergé par Mediapart, La faucille et le labo, Yann Kindo, enseignant en histoire géographie épingle l’ensemble des combats du député. « Elle a commencé sa carrière dans ce domaine en participant à la fondation de la Criirad, le principal lobby anti-nucléaire en France, qui a largement contribué à diffuser la légende urbaine selon laquelle les autorités de l’époque auraient menti à propos du passage du nuage de Tchernobyl sur l'Hexagone. Pourtant, son action avec la Criirad est encore le haut du panier de ses combats successifs, de plus en plus marqués par l’obscurantisme et la construction de ce que depuis la campagne de Trump on appelle les "alternative facts". Car avec Rivasi, on voit les "Crii" pousser de partout, avec le Criimachin et le Criichose, toujours pour mener des recherches "indépendantes". Comprenez : "indépendante" non pas de tous les lobbys, mais plutôt de la communauté scientifique qui travaille sur les sujets sur lesquels elle se penche » commence au vitriol le blogueur. Il fustige ensuite les liens entre Michèle Rivasi et le chercheur Gilles-Eric Séralini, qu’il présente comme l’auteur « d’études-hoax » sur les OGM ou encore sa complicité avec François Veillerette « président de Générations Futures, une association qui est une émanation du lobby de l’agriculture bio ». Yann Kindo n’épargne pas non plus les positions prises par Michèle Rivasi concernant la reconnaissance de l’électrosensibilité. « Rivasi se montre particulièrement odieuse sur ce terrain, puisque son action autour des dits "ElectroHypersensibles", des gens qui se croient intolérants aux ondes électromagnétiques, contribue à enfoncer ces victimes dans leur phobie, alors que toutes les expériences ont montré que leurs troubles, aussi sérieux soient-ils, étaient forcément psychosomatiques puisqu’ils ne manifestent aucune sensibilité particulière aux ondes ».

Une étape supplémentaire

Outre ses prises de position concernant des domaines qui intéressent généralement les élus écologistes, Michèle Rivasi s’est singularisée en se consacrant à plusieurs reprises aux médicaments. Ainsi, Yann Kindo évoque une fois encore sans ménagement son appel au déremboursement de certains antidépresseurs, « ce qui est la plus débile des positions possibles ». Enfin, voici Michèle Rivasi sur le terrain de la vaccination, ce qui constitue une étape supplémentaire aux yeux de beaucoup. « C’est une chose que d’asseoir sa démagogie politique sur les épouvantails pour crédules hypocondriaques que sont par exemple les ondes électromagnétiques ou le nuage de Tchernobyl. Ceux qui se laissent appâter ne prendront généralement que des décisions dont l’impact se limite à leur propre mode de vie. Dans le cas des vaccins, il y a le risque des atteintes à la santé que courent ceux qui ne sont pas vaccinés, ainsi que le risque qu’ils font courir aux autres » analyse l’auteur du blog Agriculture, alimentation, santé publique… soyons rationnels.

Coup de grâce

Si l’initiative de Michèle Rivasi est si fortement critiquée c’est notamment en raison de la personnalité d’Andrew Wakefield, dont Hervé Maisonneuve rappelle qu’il a « publié en 1988 dans The Lancet une série de douze cas d’enfants faisant évoquer un lien entre vaccination ROR (MMR) et autisme. L’article a été rétracté en 2010 et A. Wakefield a perdu son diplôme de médecin. Il est allé vivre au Texas où il donne des conférences. Cette fraude a eu des conséquences majeures : résurgence de cas de maladies infantiles, quelques décès et des centaines de millions d’euros gaspillés », résume-t-il. Pour sa défense, Michèle Rivasi, tout en mettant en garde contre les « chasses aux sorcières », a assuré qu’elle ne connaissait pas la réputation d’Andrew Wakefield (dont la notoriété n’a pourtant fait que s’accroître ces dernières semaines, à la faveur de son rapprochement avec le nouveau président des Etats-Unis).  Cette précision n’a pu que raviver les critiques virulentes lancées contre elle. Yann Kindo s’interroge : « De deux choses l'une: soit on ne la croit pas (ce qui est mon cas), et on se dit que c'est une justification assez grotesque a posteriori, pour tenter (vainement) de sauver la face face aux critiques. Ou alors, on la croit, et on gobe le fait qu'elle a organisé tout ça "sans savoir". Mais du coup, on est forcés de se demander : c'est pareil sur tous les sujets, elle pérore et organise de la "contre-information" sans savoir de quoi ou de qui elle parle ? Si ça se trouve, les deux sont vrais en même temps : elle est un peu menteuse pour arrondir les angles, et elle est surtout très incompétente et raconte n'importe quoi ».

La tentation de l’alterscience bien partagée

Cette affaire Rivasi permet en tout cas aux blogueurs de mettre en évidence que la manipulation des faits n’est pas uniquement l’apanage des hommes politiques américains ouvertement anti science et ouvertement truffés de conflits d’intérêt. On notera à cet égard l’emploi récurent de termes que l’on retrouve fréquemment pour dénoncer les contre-vérités défendues par Donald Trump. « Michèle Rivasi s’est fait une spécialité de promouvoir différentes facettes de l’alterscience » écrit Yann Kindo. « On ne peut qu'être effaré par la légèreté manifestée à l'égard de la santé publique par une biologiste de formation qui se targue d'être une grande défenseuse de la santé publique. Elle est certes en bonne compagnie pour l'alterscience, l'alterpolitique et l'alteréthique, mais il n'empêche », lit-on  en écho sur le blog Agriculture, alimentation, santé publique… soyons rationnels.

Vous avez dit "lobby" ?

Cette dénonciation de la manipulation des faits par Michèle Rivasi est également l’occasion pour ces observateurs de mettre en évidence que la traque des conflits d’intérêt ne doit pas s’arrêter à ceux qui s’érigent en "lanceurs d’alertes". Yann Kindo qui se présente comme « militant d’extrême gauche » et ne doit donc pas être toujours un défenseur de l’industrie pharmaceutique fait ainsi cependant remarquer : « A noter que Michèle Rivasi, qui se présente comme un farouche opposante au lobby de l’industrie pharmaceutique, ne l’est en fait que quand cette industrie produit des pilules qui contiennent vraiment un principe actif, c'est-à-dire qui ont une chance  de pouvoir être efficaces. Au contraire, quand il s’agit de la fraction de cette industrie qui est quelque part la plus vénale, celle qui vend des pilules de vide aux gogos, Rivasi sait se faire le relais politique du lobby économique. Ainsi, elle se vante elle-même d’avoir favorisé la promotion de l’homéopathie vétérinaire au parlement européen ». Surtout, les blogueurs rappellent que c’est sous la pression d’un puissant lobby anti vaccin qu’Andrew Wakefield a agi. Ce dernier a en effet été « subventionné par un cabinet d’avocats (argent venant de lobbies anti-vaccins) » nous rappelle ainsi Hervé Maisonneuve, tandis que Yann Kindo renchérit : « Cette publication [de Wakefield dans le Lancet, ndrl) est l’archétype d’une commande d’un lobby à un scientifique qui oublie soigneusement d’indiquer son conflit d’intérêt et qui manipule les données pour prouver ce qu’on lui avait demander de prouver (Wakefield avait touché plus de 400 000 livres d’un avocat qui voulait poursuivre un laboratoire pharmaceutique en justice) » explicite le blogueur de Mediapart.

Le rôle trouble de la presse

Enfin, quelques blogueurs regrettent le long silence des médias généralistes en France concernant la conférence que s’apprêtait à animer Michèle Rivasi, silence qui n’a été que tardivement brisé. Yann Kindo note ainsi que longtemps avant les journaux français « comme souvent, on pouvait déjà voir des articles dans la presse anglo-saxonne qui témoignaient de la colère de milieux médicaux et scientifiques face à cette initiative ». Est-ce parce que les médias français se montrent régulièrement indulgents (pour ne pas dire plus) avec certaines thèses en dépit de leur faille scientifique ? Yann Kindo le suggère en relevant par exemple à propos de Générations Futures qu’elle « produit à la pelle des études biaisées qui ne prouvent rien du tout mais qui trompent les journalistes incompétents et à travers eux le public. Celui-ci va alors plus se tourner vers les produits bio, conformément à ce qu’attendent les bailleurs de fond de  Générations Futures (qui dans ses études ne regarde jamais si il y a des traces de pesticides utilisés en bio, ça évite forcément d'en retrouver dans les échantillons) ».

Ainsi, la simple colère née de la tentative d’organisation au Parlement européen d’une conférence manifestement acquise aux thèses des anti vaccins permet aux blogueurs d’élargir le champ de leur réflexion sur des sujets complexes, tels que les conflits d’intérêt ou encore le détournement des faits scientifiques. On s’en persuadera en relisant les blogs de :
Yann Kindo : https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/290117/michele-rivasi-en-croisade-contre-la-science-et-la-sante-publique
Agriculture, alimentation, santé publique… soyons rationnels : http://seppi.over-blog.com/2017/02/rivasi-apres-les-rodomontades-le-silence.html
Et Hervé Maisonneuve : http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2017/02/au-secours-wakefield-revient-.html

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (31)

  • Des pathologies sans doute liées aux perturbateurs endocrinierns

    Le 18 février 2017

    Tous les extrémismes sont dangereux, dire que "Générations Futures" exagère, soit, alors à propos des perturbateurs endocriniens (PE), suivez plutôt les communications d'un vrai scientifique, Professeur de Médecine : le Professeur Charles Sultan qui dénonce leurs effets depuis plusieurs dizaines d'années. Avec les PE, ce qui fait la toxicité, ce n'est pas la dose mais la période d'exposition : grossesse et petite enfance. Il constate tous les jours l'augmentation de pathologies sans doute liées aux PE. Faut il attendre des études chez l'homme (elles existent chez l'animal) ? Existeront elles un jour ? Qui osera donner des PE aux femmes enceintes pour vérifier les malformations des enfants ? Heureusement les études sont interdites pendant la grossesse. Ce n'est pas parce que les études n'existent pas que le risque n'existe pas. C'est l'argument de l'agro-alimentaire. Les pathologies, elles, existent bien.
    La médecine est très compliquée, sachons raison garder.

    Dr Danielle Barbotin

  • Quelle véhémence !

    Le 18 février 2017

    Je découvre Yann Kindo et son blog. Quel style paranoïaque et violent. Le questionnement sur ses certitudes est interdit. Le "progrès scientifique" est toujours une avancée pour le peuple ; un point c'est tout ! Heureusement qu'il précise qu'il est engagé à l'extrême gauche ; son cortex reproduit son mode de fonctionnement dans les différentes sphères de sa vie.

    Dr Bruno Burel

  • Article décapant !

    Le 18 février 2017

    Merci pour ces mises au point bienvenues.

Voir toutes les réactions (31)

Réagir à cet article