De qui parle-t-on ? « Il y a un risque qu’il reprenne si son environnement n’est pas propice à son sevrage »

Jakarta, le samedi 21 avril 2012 – A priori, ce n’est pas un sujet habituel pour les responsables de la protection de l’enfance. En Indonésie, il n’est pourtant pas si rare que le sevrage tabagique soit au menu des interventions du président de la Commission pour la protection de l’enfance. Ainsi, Arist Merdeka Sirait, à Jakarta, n’évoquait-il pas cette semaine le sort d’un de ses proches ou d’un adolescent, mais bien celui d’un enfant de huit ans. Ilham est un petit garçon dont la particularité passionne l’Indonésie et peut-être plus encore le monde entier. Il est en effet un gros fumeur : en moyenne 25 cigarettes par jour. Ou plutôt, était-il un gros fumeur, car depuis un séjour dans un centre spécialisé, Ilham a abandonné la cigarette. Mais, Arist Merdeka Sirait redoute que la prise en charge dont le petit garçon a bénéficié ne soit pas longtemps efficace. « Il y a un risque qu’il reprenne si son environnement n’est pas propice à son sevrage ». En Indonésie en effet, les familles ne craignent pas autant le tabagisme de leurs enfants que dans les pays occidentaux. Non seulement parce que d’autres menaces pèsent sur la santé de leur progéniture, mais aussi parce que le tabagisme précoce est fréquent en Indonésie où un quart des enfants âgés de trois à quinze ans ont déjà fumé.

L.C.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article