De quoi est (aussi) coupable le Dr Murray ?

Paris, le samedi 15 février 2014 - L'affaire ne se déroule pas outre Atlantique en dépit de ce que pourraient laisser supposer la nationalité de la personne condamnée et il faut le dire la nature du procès. Même aux États-Unis, une telle action aurait sans doute suscité quelques sourires. En France, elle a carrément provoqué des « ricanements » reconnaît Maître Emmanuel Ludot. Mais l'avocat est allé jusqu'au bout et selon lui il a eu raison, en tout cas la justice lui a donné raison.

Le tribunal de grande instance de Bordeaux vient de condamner le docteur Conrad Murray à verser un euro symbolique à 34 fans français, belges et suisses de Mickael Jackson (représentés par cinq requérants !) au titre du « préjudice affectif » qu'a fait naître chez eux la mort du roi de la pop en 2009. Si une telle condamnation a été rendue possible, c'est d'une part parce que le médecin du compositeur de « Thriller » a été reconnu coupable aux États-Unis d'homicide involontaire et condamné  cet automne à quatre ans de prison (il a depuis été libéré en raison des remises de peine). Par ailleurs, les plaignants ont dû produire à l'audience des preuves du préjudice qu'ils avaient subi, multipliant les témoignages de proches, voire pour certains des certificats médicaux ! « C'est la première fois au monde, à ma connaissance, qu'est reconnue la notion de préjudice affectif en lien avec la mort d'une pop-star », a constaté Maitre Emmanuel Ludot. Si ses clients ne devraient pas recevoir l'euro symbolique de la part du docteur Murray, l'avocat français veut croire que leur statut reconnu de "victime" leur permettra d'accéder à la tombe du chanteur, aujourd'hui interdite aux badauds.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article