Faut-il croire à "la claque" ?

Stockholm, le samedi 29 juin 2013 -  Naïfs, certains artistes (la plupart ?) songent peut-être qu'une salve d'applaudissements de plusieurs longues minutes est le reflet de la qualité de leur spectacle. En réalité, l'ampleur des applaudissements que récolte une prestation est loin de pouvoir servir de critère d'appréciation fiable! Une équipe de bio mathématiciens de l'université d'Uppsala (Suède) dont les résultats sont publiés dans le Journal of the Royal Society Interface décrypte ce que l'on sentait confusément : les applaudissements fonctionnent plus comme la propagation d'un virus que comme l'addition d'individualités pensantes et indépendantes !

Pour aboutir à cette conclusion cinglante, les auteurs ont procédé à une simulation mathématique sur la base de l'observation du comportement de six groupes d'étudiants confrontés à deux présentations de biologie d'une qualité comparable. Ils ont donc pu établir qu'il faut attendre 2,1 secondes pour que se déclenchent des applaudissement à l'issue d'un discours et que l'apogée des bravos est atteinte au bout de 2,9 secondes avant que les hourras s'estompent totalement au bout de 6,1 secondes. Les auteurs ont également estimé que si seulement 5 % de l’assistance applaudit, le réflexe d’applaudir est dix fois moins fort au sein du reste du public. Forts de ces calculs, les chercheurs considèrent donc qu'avant la qualité des intervenants, les applaudissements répondent plus sûrement à la pression sociale de l'obligation de féliciter celui qui vient de se donner en spectacle et à la nécessité de suivre ses voisins.

Des résultats comme ça, ça s'applaudit. Même si leur conclusion était déjà connue de tous les directeurs de théâtre du 19ème siècle qui payaient la "claque" pour assurer le succès de leur pièce. 

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article