Où peut-on dormir à Bordeaux avec beaucoup de liquide ?

Bordeaux, le samedi 9 novembre - L'alcoolisation massive des jeunes fêtards notamment dans les villes "étudiantes" est loin d'être un phénomène nouveau. Cependant les municipalités se préoccupent de plus en plus de mettre en place des dispositifs permettant d'éviter les conséquences immédiates les plus graves de ce type de comportement. A Bordeaux, frappée entre 2011 et 2012 par la mort de cinq jeunes gens retrouvés noyés dans la Garonne, un plan anti alcool a ainsi été déployé en mai 2012. Il comportait plusieurs mesures, dont une surveillance renforcée des quais du fleuve. C'est sur ces mêmes quais que l'on peut désormais trouver posté un véhicule original : le "Somm´en" bus.

La prévention comme sur des roulettes

Comme son nom l'indique, ce car offre de s'allonger plutôt que d'errer ivre dans les rues de Bordeaux et de prendre différents risques liés à la consommation excessive d'alcool. L'idée est née de l'initiative d'un couple de Gironde proposant à des fêtards de louer, à l'occasion par exemple d'un mariage, un bus comprenant 18 couchettes. La version déclinée par la ville de Bordeaux aménage au sein d'un même bus, six lits, des places assises, un point d'eau et un lit d'examen. Si les secouristes présents n'ont pas vocation à assurer une véritable prise en charge, ils peuvent, le cas échéant, organiser le transfert du patient dans une unité médicale appropriée. Mais avant tout l'objectif est de canaliser les jeunes en état d'ébriété afin d'éviter les accidents en tous genres. En service les jeudi, vendredi et samedi et stationnant aux abords des lieux les plus fréquentés le soir et la nuit, le Somm´en bus doit être testé pendant trois mois avant que son efficacité soit évaluée pour une éventuelle prolongation voire une extension du dispositif.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article