Pour quelle activité vitale n’est-il pas forcément nécessaire d’avoir inventé l’eau tiède ?

Paris, le samedi 16 septembre 2017 – Le lavage des mains fait l’objet d’une intense promotion, parfaitement justifiée. Mais si la nécessité du savon et de l’eau ne fait aucun doute, une question demeure concernant la parfaite température de l’eau. Instinctivement, depuis les travaux de Pasteur et de ses pairs sur l’asepsie, beaucoup considèrent qu’une eau bien tempérée est de meilleur augure qu’un filet d’eau froide. Pourtant, des travaux publiés par des chercheurs de l’université de Rutgers (New Jersey) mettent à mal cette intuition. Le lavage de mains de volontaires exposés à des bactéries inoffensives n’a en effet pas permis de mettre en évidence de différence d’efficacité entre une eau à 15, 21 ou 37 degrés. Il est même apparu qu’au-delà de 25 degrés, la présence de microbes dans l’eau était plus importante. Bien plus que la température, c’est la durée du lavage de mains qui fait la différence ! Quant à la qualité du savon utilisé, il s’agit d’un autre débat qu’ont seuls résolu les adeptes de la pierre ponce.

http://news.rutgers.edu/research-news/handwashing-cool-water-effective-hot-removing-germs/20170529#.WbuYPVFpGUk

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article