Pourquoi du roquefort dans votre menu de Noël ?

Paris, le samedi 22 décembre 2012 – Le fait est assez rare pour être remarqué : des chercheurs britanniques vantent dans la revue Medical Hypotheses une des spécificités de la France. ce qui est étonnant quand on sait nos amis d’outre Manche bien plus prompts à la raillerie à notre endroit. Ces scientifiques de l’Institut Lycotec, se sont pour ce faire, quelque peu éloignés de leurs recherches habituellement à la pointe de la haute technologie biomédicale pour s’intéresser à un produit bien simple en apparence : le roquefort !

Vin rouge et roquefort : le repas idéal contre la mort !

Ce fromage, si l’on en croit ces spécialistes, décèlerait en effet le secret de la longévité française ! Depuis très longtemps, ce que l’on appelle le « french paradoxe » intrigue les chercheurs du monde entier. De nombreuses études ont mis en évidence les bénéfices tirés par les Français de leur consommation de vin rouge. Mais pour beaucoup, ce breuvage ne peut seul expliquer notre belle espérance de vie, en dépit de notre alimentation si riche en matière grasse. Il manquait une clé à ce mystère qui pourrait bien résider dans les propriétés du roquefort. Une bactérie contenue dans ce dernier présenterait en effet selon les chercheurs de l’Institut Lycotect des propriétés anti-inflammatoires très utiles face aux maladies cardiovasculaires. Le roquefort partagerait d’ailleurs cette spécificité avec tous les autres fromages contenant des moisissures, tels le gorgonzola ou encore la Fourme de Montbrison. Pour les chercheurs, cette découverte ouvre la voie à la mise au point de produits pharmaceutiques utilisant les bactéries présentes dans le roquefort ! Ce serait très fort !

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article