Pourquoi ne faut-il pas se parfumer avec Obsession de Calvin Klein en forêt amazonienne ?

Los Angeles, le samedi 26 octobre 2013 – Le naturaliste des temps modernes ne se contente pas de dessiner sur un petit carnet les spécimens qu’il rencontre et de noter scrupuleusement leurs différents comportements. Il dispose d’un armada d’outils technologiques qui lui permettent d’accroître significativement la précision de son travail. Ces biologistes sont ainsi de plus en plus nombreux à utiliser des minuscules appareils photos qui « piègent » les animaux à leur insu dans leur habitat naturel et leur vie quotidienne. Les multiples avantages de ce type de dispositifs sont rappelés par Jason G. Goldman dans un article paru récemment dans le Scientific American. Les données ainsi récoltées sont plus nombreuses et plus proches de la vérité, quand l’âme humaine a une tendance marquée à l’interprétation (notamment anthropomorphique !). Les informations glanées le sont par ailleurs de manière continue ce qui offre la possibilité de découvrir des comportements peu fréquents, ou plus généralement d’observer des animaux difficiles à localiser en raison de leur rareté. Jason G. Goldman note enfin que ce procédé a le mérite de protéger non seulement les chercheurs d’animaux éventuellement dangereux mais aussi les bêtes elles-mêmes de la capture ou de la sédation. En pratique, l’obturateur de l’appareil photographique se déclenche en cas de présence prolongée du spécimen en mouvement.

Obsession, une odeur obsédante !

Le jaguar semblait pour plusieurs raisons un bon candidat pour l’utilisation de ces « caméras piégées ». Le seul bémol est lié à la rapidité de l’animal : quand un homme peut précipitamment déplacer son regard, un appareil photo ne le peut seul. Dès lors comment faire pour que cet espionnage conserve tout son intérêt. Il fallait trouver un élément qui attira le jaguar au plus près. Biologiste au Muséum d’histoire naturelle de Los Angeles, Miguel Ordenana a été inspiré par un chercheur du Zoo du Bronx qui après avoir essayé plusieurs senteurs, a constaté que les jaguars étaient très attirés par le parfum Obsession pour homme de Calvin Klein ! En pleine nature, le procédé a parfaitement fonctionné, la diffusion de la fragrance a effectivement attiré dans les filets de l’appareil photo les magnifiques félins.

Vanille et civette : cocktail explosif

Les chercheurs ont évidemment souhaité savoir ce qui dans la composition d’Obsession de Calvin Klein était si profondément irrésistible pour ces animaux sauvages. Il apparaît qu’il s’agit d’un mélange de civette et de vanille. La présence de la civette que l’on trouve également dans la nature aura sans doute rappelé une odeur familière aux jaguars, tandis que la vanille excite probablement sa curiosité analyse Miguel Ordenana. L’article de Jason G. Goldman s’achève sur un conseil probablement peu utile aux communs des mortels mais salutaire en pleine forêt du Nicaragua : évitons de porter Obsession de Calvin Klein et d’une manière générale la majorité des parfums modernes qui sont très nombreux à compter de la civette dans leur composition.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article