Que mangeait-on le 24 août 79 ?

Pompéi, le samedi 11 janvier 2014 – Le site de Pompéi est une source de découvertes inépuisable pour les archéologues du monde entier. Les fouilles réalisées dans les ruines de cette ville anéantie par une éruption volcanique le 24 août 79 après Jésus Christ ont en effet permis de glaner une foule d’enseignements sur la vie quotidienne à cette époque. Des chercheurs de l’Université de Cincinnati viennent d’ajouter leurs travaux à une liste déjà longue d’études menées sur Pompéi et ont présenté leurs résultats lors du congrès de l’Archaelogical Institute of America qui s’est tenu récemment à Chicago.

Dernier repas : un peu de girafe sur son lit d’épices

Leurs recherches se sont concentrées pendant dix ans sur deux quartiers de Pompéi, abritant la classe moyenne qui comptaient une vingtaine de restaurants. C’est en analysant les restes et déchets retrouvés dans les cuisines de ces derniers que l’équipe de Steven Ellis a pu en savoir plus sur les menus servis aux habitants de Pompéi. Flamands roses, oursins et même girafes (une patte d’un tel animal a été retrouvée dans la cuisine d’un restaurant !) amélioraient l’ordinaire, tandis que des épices d’Indonésie parfumaient parfois les mets. Ces données témoignent que les « Romains étaient capables d’effectuer de longues distances pour acheter de la nourriture exotique » soulignent les chercheurs. Les analyses suggèrent également que les Pompéiens les plus riches n’étaient pas seuls à avoir accès à une alimentation variée. « La vision traditionnelle qui veut que la plèbe se nourrissait de ce qu’elle trouvait, qu’elle se contentait d’un bol de mauvais gruau doit être atténuée : il faut plutôt parler de haut niveau général en terme de qualité de vie et de régime alimentaire » estime Steven Ellis.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article