Quelle musique écouter quand on est triste ?

Paris, le samedi 8 février 2014 – « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux » écrivait Alfred de Musset qui s'y connaissait en désespoir et qui plutôt que poète aurait pu officier comme chercheur en psychologie. Ce drôle de métier peut en effet vous conduire à interroger 220 personnes de 26 nationalités différentes sur les raisons qui les poussent (qui nous poussent pratiquement tous) à écouter des airs mélancoliques lorsque notre moral n’est pas au beau fixe. La principale réponse recueillie par ces chercheurs de l’université de Kent mettait l’accent sur le souhait des mélomanes chagrinés de « ressentir la beauté des chansons tristes ». Selon Annemieke J.M Van den Tol et James Edwards qui publient leurs conclusions dans Psychology of Music, les personnes qui recherchent derrière les mélodies désespérées « la beauté avant toute chose »* sont celles qui sont le plus susceptibles de voir leur humeur s’améliorer ! A l’inverse, ceux qui s’enivrent de chansons tristes parce qu’elles leurs remémorent des moments de leur vie ou des personnes aimées ont toutes les chances de voir leur moral sombrer un peu plus.

Conclusion des deux auteurs, pour que la musique produise ses effets, pour qu’elle vous permette de chasser les ombres de votre esprit il est important de « sélectionner une musique avec une grande valeur esthétique ». Il s’agit en effet à les entendre de la « seule stratégie pour que la musique améliore l’humeur ». Bref, il ne suffit pas qu’une chanson soit triste, il faut d’abord qu’elle soit belle.


*Cette formule renvoie à la prescription de Verlaine qui préconisait pour écrire un poème : « De la musique avant toute chose ».

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article