Quelle vérité cache Pinocchio ?

Grenade, le 15 décembre 2012 - Les légendes et contes de fées ont toujours fasciné pour ce qu'ils disaient de nous. À cet égard, les psychanalystes ont trouvé dans les récits mythologiques et les histoires des frères Grimm une matière inépuisable pour échafauder leurs théories. Les travaux des chercheurs en psychologie de l'Université de Grenade qui paraissent directement inspirés de la particularité physiologique de Pinocchio ne reposent cependant pas sur des spéculations psychanalytiques mais sur la biologie !

Mentir, c’est chaud !

Cette équipe a utilisé une caméra thermique pour évaluer l'impact de l'activité du cerveau sur la température du corps. Une telle idée avait déjà été exploitée pour mesurer par exemple l'effet produit par un contact charnel. Des chercheurs de l'Université de St. Andrews en Grande-Bretagne avaient ainsi « démontré » qu'une femme hétérosexuelle touchée par un homme voyait bien sa température s'élever !

Le propos des chercheurs de Grenade est un peu différent. Il s'agissait d'observer les effets thermiques de l'anxiété, de la réflexion ou du mensonge. Résultat : si des variations sont bien constatées sous l'effet de l'anxiété ou de la réflexion, les observations les plus spectaculaires concernent les manifestations thermiques du mensonge. En effet, ce dernier provoque un afflux de chaleur concentré spécifiquement au niveau du nez ! Ainsi semble-t-il que la petite ritournelle que l'on assène aux enfants soit légèrement à modifier. Il ne faut pas leur affirmer : « Arrête de mentir, ton nez va s'allonger », mais « Arrête de mentir, ton nez va chauffer » !

Léa Crébat

Référence
http://secretariageneral.ugr.es/pages/tablon/*/noticias-canal-ugr/2012/11/23/demuestran-el-aefecto-pinochoa-cuando-una-persona-miente-cambia-la-temperatura-de-la-punta-de-su-nariz

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article