Qu’est-ce que tu pleures ?

Santiago, le samedi 6 juillet 2013 – Grâce au potentiel de diffusion que représente internet, les médias du monde entier se sont intéressés à plusieurs reprises ces dernières années sur le cas de patients « pleurant » des larmes de sang ! Dernière en date : Oliva Yaritza. Originaire de Purranque (Chili), cette jeune femme de 20 ans souffre depuis quelques temps d’un symptôme mystérieux. Après avoir été touchée par une infection oculaire bénigne, elle s’est mise à sécréter plusieurs fois par jour des larmes teintées de sang dont l’excrétion se révèle parfois douloureuses. Troublante et inquiétante, cette manifestation a laissé interdit plusieurs des médecins que la jeune femme a consultés.

Virus mystique !

Depuis la large diffusion de son témoignage, des experts du monde entier se sont exprimés sur ce cas, sans pour autant pouvoir se fixer sur un diagnostic définitif. Si pour la plupart il apparaît clairement qu’Oliva Yaritza souffre d’haemolacria, difficile de déterminer les origines de ce qui n’est qu’un symptôme. Plusieurs étiologies ont en effet été avancées pour expliquer ce phénomène rare. Tumeurs de l’appareil lacrymal, bactéries dans la conjonctive, hausse du taux d’hormone, caillots sanguins : les hypothèses sont multiples. Dans le cas d’Oliva Yaritza, le docteur Philippe Denis, chef du service d’ophtalmologie à l’hôpital de la Croix Rousse (Lyon) suggère une « conjonctivite virale ». Si l’haemolacria interroge la communauté médicale, elle est également l’objet de spéculations mystiques diverses. En Inde, la jeune Twinkle Dwivedi en a fait la douloureuse expérience. Ses larmes de sang lui ont valu d’être la cible des brimades et insultes des habitants de son village… quand d’autres en Inde ont vu dans ce symptôme la marque de sa sainteté.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article