Qu’est-ce qui a sauvé le monde ?

Paris, le vendredi 23 juin 2017 – Si l’on en croit les journaux, notre vie ne tient qu’à un fil. Pas seulement à cause des menaces terroristes, des voitures folles ou des ravages du tabac. Mais nous serions également à la merci de dispositifs pourtant présentés comme porteurs de progrès, tels les médicaments, les vaccins ou encore les substances chimiques. On assiste en effet parfois à un renversement du discours frisant presque l’absurde qui transforme des techniques salutaires en objets dangereux. Une belle infographie proposée sur le site du réseau médical Medigo offre un aperçu de la situation en mettant en évidence les gains apportés par les médicaments, les vaccins et autres technologies. On y redécouvre ainsi que les engrais synthétiques ont probablement contribué à sauver la vie de 2,7 milliards de personnes depuis leur mise au point en 1909. Les vaccins contre la variole, la rougeole et la poliomyélite ont respectivement empêché la mort de 530 millions, 118 millions et un million de personnes.

Plusieurs médicaments tiennent également le haut du pavé dans cette infographie qui ne retient que les dispositifs ayant permis d’éviter plus d’un million de décès : la pénicilline (82 millions), l’insuline (16,4 millions) ou encore les statines (5,8 millions). Dans cette liste d’innovations ayant concouru à sauver le plus de millions de vies, les dispositifs médicaux et traitements sont les plus nombreux et ne sont concurrencés que par la chloration des eaux (117 millions de personnes sauvées) ou la ceinture de sécurité (1,3 millions de vies épargnées).
https://www.medigo.com/blog/infographics/inventions-salutaires/

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article