Qu’est-ce qui n’est pas une contre-indication au don du sang ?

Paris, le samedi 18 septembre 2021 – Depuis plusieurs mois, l’Etablissement français du sang (EFS) tire la sonnette d’alarme. Les réserves sont au plus bas et constituées de 80 000 poches de globules rouges, quand 100 000 seraient nécessaires pour éviter tout dommage dans la prise en charge des patients. L’épidémie de Covid a en effet représenté un obstacle majeur au recueil de dons du sang. Le nombre de collectes a ainsi diminué : celles en entreprise, dans les universités ou les lycées ont en effet été fortement limitées pendant les périodes de travail et d’enseignement à distance. Par ailleurs, la fréquentation a souvent diminué en raison des contraintes des confinements et de la crainte des contaminations.

Confusion

Avec la levée de toutes les restrictions de circulation et la vaccination, l’activité devrait connaître un nouveau regain. Mais c’était sans compter avec le fléau des fausses informations. Circule en effet depuis quelques temps sur les réseaux sociaux la rumeur selon laquelle la vaccination contre la Covid empêcherait de donner son sang. La confusion est née du fait que d’une part la vaccination contre d’autres pathologies peut entraîner un report du prélèvement pendant quelques semaines et que d’autre part une question sur la vaccination Covid (pour des raisons statistiques) a été introduite dans les formulaires que doivent remplir les candidats au don. Mais il n’en fallait pas plus aux désinformateurs hostiles à la vaccination pour y voir une confirmation de la nocivité des vaccins. 

Vous insinuez que je mens ?

Infatigable, sur Twitter et les autres réseaux sociaux, l’EFS démonte avec patience ces fausses informations. Ainsi, il a forcé l’admiration de beaucoup d’internautes cette semaine en répondant avec pédagogie et bienveillance à une utilisatrice qui affirmait péremptoire : « Vous avez tous vu passer des articles disant que les vaccinés ne pouvaient plus donner leur sang… je peux témoigner ce jour que c’est vrai. Un ami qui le faisait régulièrement… s’est fait refoulé il y a un mois après avoir répondu « oui » à la question « vacciné ? » ». L’EFS réactif rectifie : « Cette information n’est pas correcte. Il est possible de donner son sang après une injection de vaccin contre la Covid-19 sans aucun délai d’ajournement à respecter. Certains vaccins contre-indiquent au don (quatre semaines par exemple après varicelle, rubéole, rougeole) ». Irritée, l’internaute s’indigne : « Vous insinuez que je mens ???. Alors pourquoi demandez-vous aux donneurs s’ils se sont fait vacciné ou pas ? Quel intérêt ?». Imperturbable, l’EFS réexplique que les contre-indications diffèrent en fonction des vaccins, mais surtout interroge : n’existait-il pas une autre raison mise en avant ayant justifié l’éviction temporaire du donneur ? L’internaute répond alors : « Alors ils ont trouvé une excuse bidon comme quoi il était allé en Italie quelques jours avant et que là-bas il y aurait un moustique ». L’EFS peut alors confirmer : « Il existe bien un risque de West Nile virus en ce moment dans certaines régions d’Italie. Il faut alors attendre 28 jours avant de redonner son sang ».

Vaccinés comme non vaccinés, tout le monde peut donner !

Cet épuisant travail de décryptage des fausses informations et surtout d’élucidation des points de confusion est indispensable pour l’EFS compte tenu de la faiblesse actuelle des réserves de produits sanguins. Aussi, faisant écho à ce type de dialogues sur internet, l’institution a publié cette semaine un communiqué où elle rappelle : « Les personnes vaccinées contre la Covid-19 comme celles non vaccinées peuvent donner leur sang. (…) L’EFS appelle à ne pas relayer ces fausses informations qui nuisent à la collecte de sang en France. Il encourage toutes les personnes qui le peuvent à venir donner leur sang. (…) Les besoins sont constants, nous devons collecter 10 000 dons chaque jour ! ».

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Une autre réponse à la question

    Le 18 septembre 2021

    Je réponds à la question dans le titre de l'article.
    HEMOCHROMATOSE
    Vous connaissez cette maladie devenue banale avec les progrès du dépistage, et traitée simplement par quelques cures de saignée.
    Enfin, preuves scientifiques à l'appui , l'EFS a fini par admettre que le sang des hémochromatosiques était de bonne qualité, et donc a ouvert ses portes aux donneurs !
    Coup double : on soigne en même temps que l'on perçoit un don, si précieux pour l'EFS et nos patients, comme les campagnes EFS ne manquent pas de le rappeler, surtout lors des" tensions".

    Mais alors, quel est l'argument scientifiquement établi qui permet de récuser ces donneurs ? En effet, il faut que leur maladie soit "stabilisée", et qu'ils aient déjà eu X saignées (ailleurs, bien sûr).
    Bref, au nom du conformisme et de l'ouverture du parapluie administratif, cette HEMOCHROMATOSE, une non - contre indication, en est devenue une de fait !
    Le JIM pourrait il demander à l'EFS (si patiente et infatigable) son argumentation scientifique et nous la faire partager ?

    Dr F Chassaing

Réagir à cet article