Qui a révélé (une partie) de ses secrets cachés depuis 3000 ans ?

Paris, le samedi 1er janvier 2022 - Ce n’est pas parce que certains patients sont morts il y a (très) longtemps qu’ils n’intéressent plus les médecins et scientifiques. Le défunt examiné par Sahar Saleem, professeur de radiologie à l'Université du Caire et Zahi Hawass, a disparu il y a plus de 3000 ans. Malgré cette très longue période, les analyses réalisées ont pu apporter des informations très précises. C’est évidemment grâce à la technique de pointe utilisée pour percer un secret, la tomodensitométrie. Mais également en raison de la technique de pointe employée il y a 3000 ans pour conserver le corps : la momification.

Cerveau intact

Le patient de Sahar Saleem et de Zahi Hawass spécialiste (parfois contesté) d’égyptologie s’appelait en effet Amenhotep. La particularité de ce pharaon, fils d'Ahmès-Néfertari et d'Ahmosis Ier, fondateur de la XVIIIe dynastie est d’avoir été le premier roi d’Egypte à avoir été momifié les bras en croix et le dernier dont le cerveau n’a pas été retiré au moment de la momification. « Le cerveau d’Amenhotep est intact, contrairement à celui d’autres rois, dont Toutankhamon et Ramsès II », assurent les chercheurs. Autre particularité : ses bandelettes n’avaient jamais été déroulées par des archéologues. Cette préservation a permis de déterminer, grâce à l’examen par tomodensitométrie, dont les détails sont publiés dans la revue Frontiers in Medecine, les méthodes ayant été utilisées pour la momification, mais également pour le retraitement de la momie alors que celle-ci a été réenterrée à deux reprises « des siècles après sa mort, par les grands prêtres d’Amon » explique Sahar Saleem. Le scanner a également mis en évidence que contrairement à ce qui avait été avancé, les pierres précieuses avec lesquelles le pharaon avait été enterré n’ont pas été dérobées.

Cause de la mort : inconnue

L’examen permet de dresser le portrait d’un homme d’1m69, circoncis et présentant une dentition saine. Ressemblant beaucoup à son père, avec son menton, son nez étroit, ses cheveux bouclés et ses dents supérieures légèrement saillantes, il est mort vers l’âge de 35 ans. Cependant, aussi performante soit-elle la tomodensitométrie n’a pas permis de révéler la cause de son décès : aucune trace de blessure ou de pathologie mortelle n’a été révélée. Il y a quelques années, le mystère de la mort de Ramsès III avait pour sa part été résolu par le même type d’examen : tué par une de ses épouses souhaitant installer son fils sur le trône à la place du premier-né du pharaon fruit d’un autre amour.

L.C.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article