Qui est soupçonné d’hiberner trop longtemps en Corée du Nord et par qui ?

Séoul, le samedi 25 août 2018 - Ce mardi, le dictateur de Corée du Nord Kim Jong Un a fortement critiqué les services de santé de son pays et ce au moyen d’une comparaison imagée.

On peut être un tyran et avoir l’âme d’un poète. A l’occasion d’une visite dans une usine d’équipements médicaux, Kim Jong-Un a violemment critiqué les services de santé de son pays en utilisant des termes imagés. Selon l’agence officielle KCNA, le dictateur aurait déclaré « les animaux n’hibernent qu’une fois par an, mais le secteur de la santé s’est planqué et hiberne depuis des années ». Le dictateur tient ses propos alors que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a rendu cette année un rapport soulignant « le manque d’équipement médicaux essentiels, de médicaments, d’équipements thérapeutiques » ainsi que des « compétences professionnelles limitées » en Corée du Nord.

« Certains secteurs ont fait d’énormes progrès ces dernières années, mais ce n’est pas le cas du secteur public de la santé, qui est devenu de plus en plus passif » a insisté le dictateur nord-coréen. La fin annoncée il y a plusieurs mois du couteux programme nucléaire nord-coréen pourrait peut-être permettre des investissements salvateurs dans le domaine de la santé. En attendant, on ose imaginer quelle sanction attendent les responsables de la santé publique en Corée du Nord, qualifiés de « paresseux et irresponsables » par le dictateur.

Car chacun sait que Kim Jong Un est un ours mal léché.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article