Qui sera prix Nobel ?

Stockholm, le samedi 5 octobre - Qu'ils feignent de ne pas s'y intéresser ou au contraire qu’ils affichent clairement leur impatience, des chercheurs du monde entier, conscients d'avoir contribué de manière déterminante à l'avancée de leur science, vivent probablement d'une façon particulière les premiers jours d'octobre. Ce n'est pas l'automne qui les fascine, mais la révélation, jour après jour, du lundi au vendredi des lauréats du Prix Nobel. Avant même que l'Académie des Nobel à Stockholm ne rompe le suspens, les prévisions vont bon train, notamment dans les journaux suédois et certaines institutions mériteraient en la matière un Prix Nobel de la prophétie. La plus fréquemment citée dans cette discipline est la société IP & Science de Thomson Reuters qui détient un joli record en la matière : au cours des dix dernières années, elle a réussi à prédire avec exactitude vingt-sept Prix Nobel. Surfant sur ces succès, elle propose cette année une nouvelle liste des vingt-huit scientifiques les plus en vue qui pourraient sans honte se connecter au site www.nobelprize.org à partir du 7 octobre.

Et si Margaret Buckingham créait la surprise en médecine ?

C’est en se basant principalement sur le nombre de citations dont jouissent les chercheurs qu’IP & Science établit son palmarès. A l’instar de l’Académie suédoise, celui-ci commence par la médecine. On retrouve les noms d’Adrian P. Bird (Edimbourg, Royaume Uni), Howard Cedar et Aharon Razin (Jérusalem, Israël) pour leurs travaux sur la méthylation de l’ADN. Mais à ce trio pourraient être préférés deux japonais Noboru Mizushima et Yoshinori Ohsumi (Tokyo) associés à un américain Daniel J. Klionsky (Université de Michigan Ann Arbor) qui ont travaillé sur l'autophagie. Dans leur liste, qui s'achève par Dennis J. Slamon (Los Angeles, États-Unis) et ses découvertes remarquées qui offrent de nouveaux espoirs dans le traitement du cancer du sein, on ne retrouve aucune femme! Le professeur Margaret Buckingham, que nous évoquions dans ces colonnes la semaine dernière pourrait pourtant créer la surprise. Ses recherches sur la myogenèse et la cardiogenèse lui ont valu de recevoir la médaille d'or du CNRS. Or, cette distinction a souvent précédé l'obtention du Prix Nobel. Ce fut le cas pour Jules Hoffman (Médecine 2011) et pour Serge Haroche qui a reçu le Prix de Physique l'année dernière.

L’année du boson de Higgs ?

Qui succédera au chercheur français ? Comme beaucoup d'autres et comme déjà l'année dernière, IP & Science misent sur François Englert (Bruxelles, Belgique) et Peter W. Higgs (Edimbourg, Grande-Bretagne) pour leur découverte du boson de Brout-Englert-Higgs. Mais les très célèbres chercheurs pourraient être détrônés par un spécialiste des supraconducteurs à base de fer Hideo Hosono (Tokyo, Japon) ou par les découvreurs des exoplanètes, les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz et l’Américain Geoffrey W. Marcy. Les prévisions d’IP & Science concernent également la chimie, où les travaux salués intéressent très souvent la médecine. Pour la société américaine, l’année 2013 pourrait ne pas faire exception puisqu’elle voit bien en lauréat dans cette discipline Nadrian C. Seeman (New York, Etats-Unis) qui serait ainsi récompensé pour « ses contributions à la nanotechnologie de l’ADN » ou encore Bruce N. Ames (Berkeley, Etats-Unis) qui est l’inventeur du test Ames de mutagénicité. Mais la chimie pure pourrait être mise à l’honneur si Valery V. Fokin (La Jolia, Etats-Unis) et K. Barry Sharpless recevaient le Prix « pour le développement de la chimie par click modulaire ».

Poutine, prix Nobel de la blague ?

IP & Science n’arrête pas sa folie prédictive à l’économie, mais ne dit mot sur la littérature et la paix qui fascinent souvent davantage les parieurs en tous genres et qui donnent souvent lieu à des propositions fantaisistes. C’est ainsi aujourd’hui que le nom de Vladimir Poutine est fréquemment cité pour le Prix Nobel de la Paix. Quoiqu’il en soit, pour la médecine, la physique, la chimie et les autres matières, les jeux sont déjà faits et la messe sera dite du lundi 7 au vendredi 11 octobre.

Aurélie Haroche

Référence
Illustration: Sir John B. Gurdon, prix Nobel de médecine 2012

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article