Sur quoi ont porté les premiers travaux scientifiques du professeur Jean-Michel Macron ?

Paris, le samedi 27 mai 2017 – Beaucoup l’ont dit : difficile de comprendre comment Emmanuel Macron n’est pas devenu médecin. De tous côtés, cette vocation semblait lui être destinée: son père, sa mère, son frère et sa sœur sont médecins ! Ces praticiens observent d’ailleurs avec un mélange de fierté et de distance les choix de carrière du nouveau Président de la République. Ainsi, Jean-Michel Macron son père a confié qu’il considérait la politique comme « extrêmement destructrice » et a reconnu qu’il n’avait pas « un grand respect pour ce milieu ».

A vos souhaits

Les intérêts de Jean-Michel Macron sont ailleurs. Ce professeur de neurologie au CHU d’Amiens a ainsi participé à des travaux sur la maladie de Parkinson et notamment la stimulation cérébrale profonde. Plus jeune, ses publications scientifiques concernaient un champ moins attendu. Après une thèse sur « l’organisation anatomo-fonctionnelle de la colonne motrice phrénique chez le chat », il a en effet publié plusieurs articles portant sur le diaphragme des chats. Plus tard, ses recherches s’affinent pour se concentrer sur les éternuements des chats et le rôle des nerfs spécifiques lors de ce réflexe.  Cet intérêt pour ce mammifère, non sans conséquence pour la médecine humaine, vaut aujourd’hui à Jean-Michel Macron d’être salué avec sourire par la presse !

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • La brebis galeuse de la famille Macron?

    Le 27 mai 2017

    En quelque sorte Emmanuel serait le vilain petit canard de la famille.
    Je vous laisse réfléchir.

    Dr Jackie Durand


  • Emmanuel Macron, médecin de campagne !

    Le 28 mai 2017

    Bravo Président d'être sorti des chantiers battus familiaux. Vous imaginez-vous médecin de campagne ? Loin des ors de l'Elysée dont vous ignoreriez pratiquement jusqu'à l'existence? Voué aux bons plaisirs des caisses de sécurité sociale ! A moins que votre talent et l'influence familiale vous fassent professeur de médecine !

    Même dans ce cas votre option aura été la bonne, sauf à devenu ministre de la santé, situation qui cependant peut être à risques, à l'affût de la vague de chaleur qui peut vous mettre sur orbite si par malheur vous êtes en vacances, ou si vous gérez mal la non épidémie H1N1.
    Il vous reste maintenant, vous qui avez tué le père, à faire un parcours sans faute.

    Dr Hervé Isnard

Réagir à cet article