A l’intérieur des terres

Paris, le samedi 25 février 2017 – La France est un patchwork de terre où se confondent le rationalisme de la République et le mystère des sédiments passés. Avant la défaite des rois, les sortilèges détenaient toute la force. Comme au temps des Cathares. C’est dans cette époque fascinante que nous plonge le vingt-deuxième roman du docteur Franck Senninger. Dans La Parfaite, où il est moins souvent question de médecine que dans certains de ses autres opus, le praticien dévoile le parcours d’Alix, une jeune femme que sa famille veut convertir au catharisme afin qu’elle devienne une Parfaite. L’ouvrage, qui tient en haleine, est marqué par la confrontation entre la marche du monde et le destin personnel. Il évoque également le dévoiement des idéaux et est hanté par l’idée d’un secret et de maléfices conservés jalousement derrière l’apparence tranquille des terres du Sud de la France.

Orage

La présence de la terre, de son aridité, de sa rigueur est également prégnante dans Trois saisons d’orage, dernier roman de Cécile Coulon. On suit le destin de deux familles, liées l’une à l’autre par un secret que chacune ignore. Dans un des deux foyers, on est médecin de père en fils, André puis Benedict. Et au-delà de l’intrigue haletante, de la fascination qu’exerce la description de cette terre éloignée, le roman permet de rappeler le rôle joué dans ces villages de France par les instituteurs, les curés, le maire, mais aussi le médecin. La dimension sacrificielle de cet exercice, mais aussi l’influence de ce personnage sont palpables dans de nombreuses pages du roman.

Orage

Quel impact les agissements et les positions des professionnels de santé ont-ils sur ceux qu’ils soignent et côtoient chaque jour ? Suggérée par le roman de Cécile Coulon, la question est entière dans le film de Lucas Belvaux, Chez nous, sortie cette semaine sur les écrans et qui a suscité beaucoup de commentaires. C’est en effet parce qu’elle est infirmière libérale, qu’elle connaît bien la souffrance de la population de son petit village, typique de la France, que Pauline est approchée par un médecin afin d’incarner dans cette localité un parti d’extrême droite. Si cette critique à peine masquée du Front national n’a pas toujours complètement convaincu, ce qu’elle dit du dévoiement de certains idéaux, de manière d’abord inconsciente, du sentiment de déclassement de certains professionnels de santé et tout en même de l’influence encore accordée à ces derniers ne manquera pas d’intéresser. On trouve également ici une belle réflexion sur la façon dont les chocs extérieurs (Pauline est peu à peu délaissée par ses proches et ses patients à mesure qu’est connu son engagement) peuvent influencer d’une manière inattendue nos agissements (Pauline choisit en effet de renforcer son investissement). A voir avant le mois d’avril.

Roman :

La Parfaite, Franck Senninger, éditions Anfortas, 344 pages, 20 euros

Trois saisons d’orage, de Cécile Coulon, éditions Viviane Hamy, 270 pages, 19 euros

Cinéma :

Chez nous, de Lucas Belvaux, 22 février, 1h58

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article