En chaque médecin (ou presque), un artiste sommeille

Paris, le samedi 15 juin 2013 - C’est un métier que l’on exerce le plus souvent par passion. Rares sont ceux qui se sentent prisonniers de leurs activités quotidiennes et qui scrutent l’avancée de l’horloge en attendant la quille. Soigner, pratiquer la médecine, répondre aux énigmes diagnostics est d’ailleurs pour beaucoup la seule grande affaire de leur vie. Mais il est d’autres blouses blanches, qui bien que parfaitement satisfaites de leur profession, revêtent le soir venu d’autres tabliers, d’autres costumes, pour connaître des aspirations et des frissons différents. La peinture est à bien des égards l’une des disciplines artistiques la plus susceptible d’enflammer les médecins. Lorsqu’on a pour vocation de soigner les corps, il n’est pas tout à fait incompréhensible, un jour, de désirer les peindre, en dessiner les contours, modeler leurs silhouettes. Le succès croissant que connaît le salon des peintres médecins organisé chaque année à Paris est une belle illustration des résonnances entre l’art médical et l’art pictural. La 46ème édition de cette manifestation s’est ouverte à Paris le 3 juin et se poursuit jusqu’au 22 juin, après un vernissage dont l’organisateur n’hésite pas assurer qu’il a été « un triomphe ». Il faut dire qu’entre deux consultations (le samedi par exemple), certains des artistes ne résistent pas à l’envie de venir évoquer leurs tableaux (cette fois ci pas cliniques) avec leurs admirateurs.

Récits

Parallèlement à cette manifestation, plutôt que le pinceau, d’autres praticiens ont troqué leur stéthoscope contre une plume. Ce samedi 15 juin, à quelques mètres des peintres médecins, les écrivains médecins recevront leurs lecteurs à l’occasion d’une séance de signature. Cette rencontre toujours conviviale avait été l’année dernière marquée par la présence du docteur Olivier Kourilsky, prix Littré 2012, dont nous avons évoqué dans ces colonnes plusieurs des polars, trépidants et riches en humour. Cette année devrait permettre aux participants d’écouter les passionnants récits du docteur Pierre-Louis Choukroun, dont « l’Histoire de la Chirurgie, du silex à nos jours » a été à son tour récompensé par le Prix Littré remis par le Groupement des écrivains médecins, à l’origine de ce salon.

Récital

Peindre, écrire, mais pourquoi ne pas chanter. En exerçant la médecine générale et l’angiologie, Marion Deprey a sans doute trouvé sa voie, mais sa voix était déjà parfaitement placée. Quand elle n’exerce pas dans son cabinet de Rethel, ce soprano est l’un des membres de l’Ensemble vocal « Allegri », originaire de Reims. Cette chanteuse a multiplié les concerts ces dernières années, interprétant de Schubert à Rossini en passant par Verdi ou Carter. Sans doute, cependant, l’événement auquel elle participera le dimanche 30 juin à l’église Notre dame des Sables à Berck Plage aura pour elle une résonnance particulière. Les œuvres de Puccini, Purcell, Monteverdi qu’elle entonnera seront chantées en l’honneur d’un soliste, Simon Parzybut, victime d’un grave accident de voiture et qui poursuit aujourd’hui une longue rééducation à Berck. Cette manifestation a rencontré depuis l’annonce de sa tenue un grand élan d’enthousiasme parmi les chanteurs et les médecins, ce qui explique que l’église Notre Dame ait finalement été choisie plutôt que la chapelle de l’Institut Calot à de l’hôpital de Berck.

Réciter

Lorsqu’ils ne sont pas eux-mêmes des artistes, les médecins et les équipes soignantes voient parfois l’art comme, si non une thérapie, tout au moins un chemin  pour mieux comprendre nos souffrances et nos interrogations. Ils se font alors quasiment producteurs. Ainsi, les responsables du réseau Arpège, qui coordonne dans le Gers la prise en charge des patients en fin de vie à domicile depuis 2004 propose le jeudi 20 juin au théâtre municipal d’Auch, une jolie pièce de Julien Séchaud : « Aimez-vous la nuit ». Si le titre et le thème de cette œuvre (des questions sur la mort, la maladie, l’avant et l’après) n’incitent guère à la jovialité, les dialogues offrent en réalité des moments souvent jubilatoires. Suffisamment pour se souvenir que si les médecins nous soignent si bien, c’est parfois parce qu’ils ne sont pas que des blouses blanches.


Exposition : Quarante-sixième salon des peintres médecins, Université Paris Descartes, 83 boulevard Saint Germain, 75006 Paris, du 3 au 22 juin 2013.

Manifestation : Salon du livre dédicacé des écrivains médecins, 12, rue de l’Ecole de médecine, 75006 Paris, samedi 15 juin 2013.

Concert : Puccini, Purcell, Monteverdi, chœur Nicolas de Grigny de Reims, en l’honneur de Simon Parzybut, Eglise Notre Dame des Sables, Place de l'Eglise 62600 Berck, le dimanche 30 juin à 16h.

Théâtre : « Aimez-vous la nuit », de Julien Séchaud, théâtre municipal d’Auch, place de la Libération, 32000 Auch, le jeudi 20 juin, 20h30.

Aurélie Haroche

Référence
Illustration: L'ensemble Allegri

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Et tant d'autres

    Le 03 juillet 2013

    Il y a aussi les médecins "script doctors" pour films ("A cœur ouvert" de Marion Laine avec Juliette Binoche, Hippolyte Girardot et Edgar Ramirez), acteur ("Dans la solitude des champs de coton" de BM Koltes du projet "Dedans dehors" de Caroline Caccavale et José Cedarini/Lieux fictifs)... Et tant de sportifs et musiciens ("toubib jazz band" à Toulouse avec Pr Philippe Arlet)... Ça inspire!

Réagir à cet article