Et si vous aviez été une momie ?

Paris, le jeudi 19 avril 2012 - L’esprit vagabondant, il n’est pas rare que nous tentions d’imaginer notre vie dans un ailleurs spatial ou temporel. Pour les médecins, ce petit jeu de l’esprit entraîne parfois des interrogations éthiques : comment aurais-je soigné si j’avais été praticien derrière le rideau de fer, pendant la guerre froide ? Si cette question vous a parfois tarabusté, vous découvrirez sans doute avec intérêt Barbara, Ours d’Argent du meilleur réalisateur lors de la Berlinade 2012. Film allemand de Christian Petzold, Barbara évoque la destinée d’un chirurgien pédiatre exerçant dans les années 80 dans un hôpital de Berlin Est. Soupçonnée de vouloir s’évader à l’Est, elle est envoyée dans une clinique perdue au fin fond de la RDA où elle fera d’étonnantes rencontres.

Le retour de la momie

Et si vous aviez été médecin à Randazzo, petite ville située sur les pentes de l’Etna, en Sicile, pendant l’antiquité ? Sans doute cette rêverie pourrait-elle être partagée par le docteur Philippe Charlier, médecin légiste et paléopathologiste, à l’origine de l’exposition « Le miroir du temps : les momies de Randazzo » proposée jusqu’au 18 mai par la maison du Westhoek à Esquelbecq, aux environs de Dunkerque. Découvertes en 2008 à Randazoo, ces 139 momies ont été l'objet de toutes les attentions du docteur Philippe Charlier et de son équipe. L’exposition permet d’ailleurs parfaitement de prendre conscience de l’ampleur de leur travail.

Un autre regard

Et si vous aviez été aveugle ? Comme Sophie, vous auriez peut-être eu un chien. Et le monde n’aurait peut-être pas été assez grand pour votre vaste appétit. Aveugle de naissance, Sophie Massieu, reporter pour de très nombreux journaux et stations de radio sillonne le monde avec sa caméra et propose pour Arte une carte postale joyeuse et étonnante de ces pays qu’elle nous donne à voir sous un autre regard.

Petite musique de nuit

Et si vous aviez été tuberculeux ? Vous auriez peut-être arpenté, aigri, souffreteux les couloirs du sanatorium de Salzbourg, comme Otto J. Steiner, le héros du roman de Raphaël Jerusalmy, Sauver Mozart. Ecrit à la première personne, à la manière d’un journal intime grinçant, le roman suit la destinée de ce critique musical, rythmée par les visites des médecins, le manque d’empathie du personnel et les plaintes des autres malades. Dehors, c’est la guerre et les privations sont de plus en plus nombreuses. Mais, ce qui sauve Otto et ses compères d’infortune, c’est Mozart. De la musique avant toute chose.

Aurélie Haroche

Références
Cinéma : Barbara, de Christian Petzold, sorti dans les salles le 2 mai
Exposition : Le miroir du temps : les momies de Randazzo, jusqu’au 18 mai, maison du Westhoek, place Bergerot, Esquelbecq
Télévision : Dans tes yeux, série documentaire de Sophie Massieu, tous les soirs à 18h sur Arte, du lundi au vendredi
Livre : Sauver Mozart, de Raphaël Jerusalmy, Editions Actes Sud, 152 pages, 16,80 euros

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article